Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prix des carburants : Ayrault baisse les taxes

Le Figaro22/08/2012 à 11:54
Le premier ministre a annoncé une baisse «modeste» et «provisoire» des taxes prélevées sur les prix des carburants, pour enrayer la flambée des prix du sans plomb et du diesel.

Quand, aux États-Unis, Barack Obama réfléchit à puiser dans les réserves dites «stratégiques» de pétrole pour contraindre les prix des carburants, en France, c'est la piste de la baisse des taxes qui est privilégiée. Ce mercredi matin, sur RMC/BFM TV, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé une baisse «modeste» et «provisoire» de ces prélèvements, alors que les prix du sans plomb et du diesel sont de nouveau à des plus hauts historiques. Reste à savoir ce que signifie concrètement «modeste»: à l'heure actuelle, pour chaque litre d'essence (sans plomb 95) consommé, un taux de TVA de 19,6% est prélevé et 60 centimes d'euro reviennent à l'État sous la forme de la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers). Quant au caractère «provisoire», Jean-Marc Ayrault a précisé que cette mesure serait prise dans l'attente d'un mécanisme plus durable de régulation des prix.

Selon lui, la baisse des taxes au niveau de l'Etat permettra au gouvernement «de demander aux producteurs et aux distributeurs leur propre part d'effort». Le ministre de l'Économie et des Finances Pierre Moscovici doit les rencontrer le 28 août (mardi prochain), ainsi que les associations de consommateurs, et annoncer dans la foulée les mesures du gouvernement. Il aura auparavant, dès vendredi, reçu un rapport sur le sujet.

Pas de nouvelle TIPP flottante

Le gouvernement a ainsi choisi de «jouer» sur les taxes pour enrayer la hausse des prix des carburants. Lors de sa campagne électorale, François Hollande avait proposé de laisser «flotter» la TIPP (officiellement, depuis le début de l'année, cette taxe s'appelle TIPCE, pour taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques). Il invoquait le caractère injuste d'un État qui s'enrichit quand les prix du pétrole augmentent: un baril de brut qui se renchérit implique une hausse des prix du produit fini (l'essence), d'où une hausse des recettes fiscales via la TVA, au détriment des consommateurs. Une TIPP flottante implique qu'elle monte quand les prix baissent et qu'elle baisse quand les prix montent. Ce qui n'est pas retenu par le gouvernement: «pour l'instant ce sera une mesure unilatérale de baisse», a précisé Jean-Marc Ayrault ce matin.

Un retour à la «TIPP flottante» avait en effet suscité des inquiétudes, car elle a échoué précédemment, quand Lionel Jospin l'avait mise en place en 2000,avant de l'abandonner en 2002. Le prix du litre d'essence n'avait baissé que de 1 à 1,5 centime tandis que la mesure avait coûté très cher à l'État. Aussi, si techniquement, il est très difficile de mettre en place un tel «mécanisme de régulation des prix», d'un point de vue politique, il est plus populaire de baisser des taxes quand les cours du pétrole montent, que de les augmenter quand le marché pétrolier se détend.

Gel des prix et réserves stratégiques écartés

Parmi les autres solutions possibles pour permettre une baisse des prix des carburants, le gel des prix. Là aussi, l'idée a été évoquée, à plusieurs reprises, par le nouveau gouvernement. Cette mesure a l'avantage de se voir concrètement, et de satisfaire les consommateurs-électeurs. Mais elle implique des risques importants en cas de forte hausse du baril de pétrole. Ce qui est susceptible de se produire, tant les tensions géopoliques au Moyen-Orient restent vives. Les distributeurs pourraient finir par vendre à perte. Ce qui est interdit par la loi.

Si la solution de puiser dans les réserves stratégiques existe, elle n'a pas été appuyée par le gouvernement en place. Utiliser ces réserves, qui équivalent à trois mois de consommation, permettrait en effet de faire chuter les prix des carburants. C'est un levier utilisé aux États-Unis: Barack Obama, en pleine campagne électorale, s'est récemment dit «prêt» à le faire. Mais à plus long terme, le marché reprend ses droits.

Enfin, pour l'instant, pas un mot sur le «chèque carburant» ni le retour de la vignette.

LIRE AUSSI:

» Le sans-plomb 95 a dépassé les deux euros à Paris

» Bloquer le prix de l'essence: Bercy tranchera fin août

» La hausse du carburant s'explique par celle du pétrole

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.