Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Prêt immobilier : quelles solutions pour les primo-accédants ?
information fournie par Café de la Bourse15/01/2021 à 09:30

(Crédits photo : Pixabay - Gerd Altmann )

(Crédits photo : Pixabay - Gerd Altmann )

Les Français adorent la pierre et nombreux sont les particuliers qui, dès le début de leur vie active lorsqu'ils ont réussi à mettre quelques sous de côté, se lancent dans l'acquisition de leur résidence principale. Si les taux restent peu élevés, le marché immobilier lui atteint des sommets dans les grandes métropoles françaises. Emprunter des sous avec un crédit immobilier sur 15, 20 ou 25 ans est donc un passage obligé. Quels sont les prêts immobiliers auxquels les primo-accédants peuvent recourir ? Quelles solutions pour emprunter des sous afin d'acheter sa résidence principale ?

Découvrez dans cet article 5 solutions, éventuellement à combiner entre elles, afin de souscrire le ou les prêts les plus adaptés à votre profil et votre projet.

Le prêt immobilier classique

D'abord, vous pouvez recourir au prêt immobilier classique , le plus souvent à taux fixe, qui vous permettra d'emprunter une somme sur 10, 15, 20 ou 25 ans le plus souvent. Les mensualités à rembourser ne doivent pas excéder environ un tiers de vos revenus (sans assurance emprunteur). En outre, vous devrez le plus souvent justifier d'un apport représentant au moins 10 % du prix d'acquisition (prix de vente + frais de transaction et frais de notaire). Votre dossier est trop juste ? Avant de faire marche arrière et renoncer à votre achat, vérifiez si vous êtes éligible aux solutions suivantes qui vous permettront de consolider votre dossier.

Le PTZ

Le PTZ ou prêt à taux zéro est destiné aux particuliers qui n'ont pas été propriétaires de leur logement principal au cours des deux dernières années précédant leur demande de prêt et est accessible sous conditions de ressources, fixées en fonction de la zone géographique dans laquelle se situe le bien à acquérir. Le montant de la somme empruntée correspond à un pourcentage appliqué au coût de l'acquisition immobilière. Sa durée est généralement comprise entre 20 et 25 ans.

Le prêt d'accession sociale

Indépendamment du PTZ ou en complément de celui-ci le primo-accédant pourra souscrire un PAS ou prêt d'accession sociale qui permet de bénéficier d'un taux avantageux, là encore sous condition de ressource. Le taux peut être fixe ou modulable. Le prêt d'accession sociale peut couvrir l'intégralité du financement de l'acquisition. Sa durée peut s'étaler entre 5 et 30 ans.

Le prêt action logement

Le prêt action logement qui peut lui aussi être souscrit en complément du PTZ est un prêt immobilier au taux d'intérêt minimal annuel de 1 %. Il est destiné exclusivement aux salarié ou préretraité d'une entreprise du secteur privé non agricole employant au moins 10 salariés et attribué en priorité aux salariés en situation de mobilité professionnelle, aux primo-accédants, aux salariés dont les revenus sont inférieurs à un plafond de ressources qui varie en fonction de la zone géographique dans laquelle se situe le bien. Ce dernier doit obligatoirement afficher des performances énergétiques respectant la norme RT 2012 pour les logements neufs et afficher au minimum la catégorie D pour le Diagnostic Performance Energetique s'il s'agit d'un logement ancien. Le montant emprunté via un prêt action logement ne peut dépasser 30 % du coût de l'opération. La durée du prêt action logement est fixée à 20 ans maximum.

Les prêts et aides des collectivités territoriales

Plusieurs collectivités territoriales offrent un coup de pouce aux primo-accédants. Cette aide peut concerner l'achat dans le neuf et/ou l'ancien selon les communautés urbaines. Ce type d'aide est proposé actuellement par près de 40 communautés urbaines et d'agglomération mais aussi une vingtaine de départements et une dizaine de métropoles. Dans la majorité des cas, il s'agit d'un prêt à taux zéro, assorti de conditions de ressources et/ou avec un plafond du prix au m2, portant sur un montant oscillant entre 10 000 et 25 000 euros. Paris, Marseille, Brest, Bordeaux proposent ce type de dispositifs.

0 commentaire

Annonces immobilières