Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prêt à taux zéro : des professionnels ravis, une efficacité à démontrer

Le Figaro09/11/2015 à 16:45

«Très positif», «un effet très puissant», «cela change tout»... Les professionnels de l’immobilier ne tarissent pas d’éloges sur le nouveau PTZ.. Mais est-il vraiment pertinent, alors que les taux des crédits immobiliers sont à 2,2% en moyenne ?

Les professionnels du bâtiment et de l’immobilier réunis lundi au ministère du Logement, pour l’annonce d’un Prêt à taux zéro (PTZ) ouvert à davantage de ménages, se réjouissaient, anticipant une relance de l’accession à la propriété comme de l’activité du bâtiment. Pour la Fédération française du bâtiment (FFB), cette réforme redonne de la consistance à l’objectif de 500.000 logements mis en chantier par an, car «le PTZ a un effet déclencheur sur l’acte d’achat», souligne Jacques Chanut, son président, auprès de l’AFP.

Les mesures annoncées «donnent de la visibilité aux entrepreneurs et artisans du bâtiment, condition indispensable à la fin de l’hémorragie qui affecte leurs effectifs et au retour des créations d’emplois» fin 2016, estiment les entreprises du bâtiment. Même satisfaction du côté des artisans. «Le relèvement des ressources va permettre à un plus grand nombre de ménages de bénéficier du PTZ dans l’ancien avec travaux. Des mesures qui s’adaptent à l’ensemble du territoire, c’est très bien», a déclaré Henry Halna du Fretay, secrétaire général de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

«Un effet déclencheur» dans deux à trois cas sur dix

Un promoteur privé tel que Nexity, qui détient une part de marché d’environ 12% en France, a lui aussi accueilli très positivement ces annonces. Permettre au PTZ de représenter 40% du montant de l’achat aura un «effet très puissant», estime Jean-Philippe Ruggieri, directeur général de l’immobilier résidentiel chez Nexity. «Et porter la durée de remboursement à 20 ans, dont cinq ans de différé, cela change tout!», dit-il. «Selon nos simulations, cela aura un effet déclencheur dans deux à trois cas sur 10, pour des ménages qui ne parvenaient pas à accéder à la propriété, car leur mensualité va baisser», précise M. Ruggieri.

Toujours selon Nexity, le nouveau PTZ permettra à certaines familles de disposer de capacités financières supplémentaires de 10.000 à 20.000 euros pour un achat de 180.000 à 200.000 euros, ou bien de baisser leur mensualité de remboursement de l’ordre de 10 à 12%. Enfin pour le Crédit foncier, qui distribue un grand nombre de PTZ en France, le dispositif est «très positif». «On utilise un produit bien connu du public et l’on améliore ses caractéristiques sur deux ans, ce qui est plus long que d’ordinaire, où les mesures sont prises sur une année budgétaire», souligne Bruno Deletré, directeur général du Crédit foncier. «Cela aura un impact très fort sur tout le territoire», a-t-il estimé.

Quel impact? De son côté l’économiste spécialiste de l’immobilier Michel Mouillart regrette que cette nouvelle réforme ne soit appliquée que durant deux ans. Il rappelle également que le prêt à taux zéro a été créé en 1995, à une époque où les taux de crédits immobiliers s’élevaient en moyenne à 8,7%.... alors qu’ils ne sont plus qu’à 2,2% aujourd’hui. Un chiffre qui relativise la pertinence du dispositif.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.