Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Près de Rennes, visite de l'un des premiers écoquartiers français

Le Figaro27/11/2015 à 18:37

Lancé en 2001 par la municipalité d’Hédé-Bazouges et sorti de terre en 2005, le quartier des «Courtils» -qui compte une trentaine de maisons- a complètement réinventé les codes du lotissement. Découverte.

Coiffées de panneaux solaires, construites en bois, en terre, en paille, les maisons bioclimatiques du lotissement écologique à Hédé-Bazouges (Ille-et-Vilaine), l’un des tout premiers en France, ont donné un coup de vieux aux quartiers énergivores construits au cours des dernières décennies. Lancé en 2001 par la municipalité et sorti de terre en 2005, le lotissement des Courtils, qui compte une trentaine de maisons, a bousculé les codes en bannissant parpaings et PVC, et en imposant cuves de récupération d’eau de pluie et production d’eau chaude solaire.

Avec une bonne surprise à la clé: «Les gens sont allés bien plus loin» que ce cahier des charges, en utilisant massivement des matériaux de construction sains et peu gourmands en énergie, une démarche unique à cette échelle en milieu rural, souligne Julie Barbeillon, rédactrice en chef de la revue «La maison écologique», à l’approche du sommet sur le climat à Paris (COP21). Orientées plein sud, les maisons - à la liberté architecturale totale - sont bâties en bois, en briques, enduites de terre, isolées avec de la ouate de cellulose, du chanvre, de la paille, voire des plumes de canard. Et, bien plus souvent qu’ailleurs, équipées de toilettes sèches, selon Mikaël Tardif, un habitant du quartier où, dans les jardins, potagers et bacs à compost cohabitent avec les herbes folles.

Avec ses fossés drainant les eaux de pluie, ses haies bocagères, ses sentiers, le lotissement a également marqué une rupture en matière d’aménagement paysager, selon Julie Barbeillon. Et contrairement aux lotissements hérités des Trente Glorieuses, la place de la voiture y est restreinte: les garages sont regroupés par quatre sur des placettes et les visiteurs invités à se garer au «Verger», un parking extérieur.

Labellisés Ecoquartier en 2013, les Courtils, proches d’un étang classé et d’un presbytère transformé en bar associatif, ont «pendant des mois et des années» attisé la curiosité de nombreux visiteurs de France et d’Europe, raconte Julie Barbeillon. Parmi eux, bon nombre d’élus, confirme le maire Jean-Christophe Benis, mais aussi des curieux à l’esprit parfois «un peu tordu», selon l’un des premiers habitants, Hubert Cherré. «En me voyant construire ma maison en paille et en terre, des gens n’hésitaient pas à me dire «Ca va pas tenir, ça va pourrir!», se rappelle-t-il. Dix ans plus tard, elle est toujours debout, et lui n’a aucun regret: «Il n’y a pas d’humidité car la terre régule l’hygrométrie, on n’a pas l’impression de parois froides», explique M. Cherré, assurant chauffer ses 160m2 pour 300 euros par an, avec un poêle à bois.

«J’aime bien revenir chez moi parce que le confort est complètement différent» de celui des maisons ordinaires, note Louis Leblay, qui a autoconstruit une maison passive (qui peut se passer de chauffage) aux murs enduits avec la terre du jardin. «Il n’y a pas plus de deux à trois degrés de différence entre le soir et le matin, quelle que soit la température extérieure. C’est hyper-confortable», se félicite-t-il. S’il a attiré un boulanger et un apiculteur bio, le quartier - où vivent des retraités, des familles de jeunes actifs, des professions intermédiaires et quelques cadres - n’est pas pour autant un repaire «d’écolos, de bobos, ou de riches», assure le maire.

Reste que la plupart d’entre eux travaillent à Rennes, à 27 kilomètres, rendant la voiture indispensable et limitant la portée «vertueuse» du lotissement. «La dynamique de l’habitat écologique est maintenant davantage portée par des associations de gens qui habitent en ville et qui font de l’habitat groupé collectif», plus proche du lieu de travail et qui économise le foncier, explique Julie Barbeillon, en citant «deux références»: le Village Vertical, une coopérative d’habitants à Villeurbanne, tout près de Lyon, et l’écoquartier Danube à Strasbourg.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.