Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi un appartement vaut trois fois plus qu'un autre à Paris

Le Figaro08/12/2014 à 15:24

Une belle vue fait toujours craquer les acheteurs étrangers qui acceptent de payer plus de 25.000 euros le m². Mais il est possible de dénicher un bel appartement dans un bon quartier pour trois fois moins cher.

A quel prix paie-t-on aujourd’hui un bel appartement dans un des beaux quartiers de la capitale? Pas question de comparer là un trois pièces donnant sur une cour sombre au rez de chaussée, ou un appartement au plan impossible, avec un dernier étage au plan parfait. Non, c’est en piochant dans des ventes récentes d’appartements sans défauts que Féau a relevé des différences de prix qui vont du simple au triple. Car il y a bel appartement et bel appartement. Certains sont clairement plus beaux que d’autres! Pour savoir dans quelle catégorie entre le vôtre (ou celui que vous aimeriez vous offrir), voici ce qu’il faut savoir.

Dans la capitale, les prix des grands appartements ont chuté plus vite que les autres. «En deux ans, les prix ont baissé de 9,7 % sur les biens de plus de 2 millions d’euros, de 6,4 % entre 1 et 2 millions et de 3,9 % en dessous de 440.000 euros», estime Charles-Marie Jottras, le président de Féau. Les transactions sont peu nombreuses au-delà d’un million d’euros. «Cela ne représente que 5% des transactions à Paris et seules 1 à 2% des transactions annuelles se font au-delà de 2 millions d’euros, ce qui veut dire quelques centaines de ventes par an» précise Charles-Marie Jottras.

La loi de l’offre et de la demande a joué à plein. Avec le départ de certains propriétaires, qui ont choisi de s’expatrier pour trouver des cieux fiscaux plus favorables, beaucoup de grands appartements, ceux qui dépassent 200 mètres carrés, ont été mis en vente. En face, la demande faisait défaut. Résultat, les prix ont baissé plus vite que sur d’autres segments du marché. Si l’appartement est très grand et a un nombre de chambres insuffisant par rapport à sa surface, les acheteurs se font rares.

En revanche, si le rapport surface/chambres est bon, le bien intéressera les familles. Les ventes se font alors assez rapidement quand l’appartement est au prix du marché. Et les visites reprennent, tout comme les alertes sur les sites internet. On peut trouver aujourd’hui un appartement familial d’un beau quartier à moins de 9000 € le m². Ainsi, un dernier étage de 183 m² à Auteuil a été vendu 8 700 € le m².

Alors pourquoi certaines ventes se font à des prix trois fois plus élevés au mètre carré? Quel est l’atout de ces appartements qui se vendent au prix fort? Ils doivent conjuguer, vue, quartier et qualité pour prétendre à ces sommets. Pour une vue exceptionnelle, certains, souvent des acheteurs étrangers, déboursent toujours sans états d’âme plus de 25.000 € le m². Un 240 m² à rénover dans le VIIIe arrondissement, avec vue sur le Grand Palais, a par exemple été vendu 27.000 € le m². Ouvrir ses fenêtres avec en ligne de mire un monument parisien, voir la Seine, fait grimper les prix quand l’appartement est sans défaut et dans un quartier recherché . «Ils savent qu’ils achètent quelque chose d’irremplaçable» conclut Charles-Marie Jottras.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.