Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pourquoi les Parisiens payent leur essence aussi chère

Le Figaro15/03/2012 à 11:40
INFOGRAPHIE - 2,02 euros le litre ! Non contentes d'être chères, les stations-service se raréfient

Il ne fait pas bon faire son plein à Paris par les temps qui courent. L'inflation à la pompe est patente, avec un prix de l'essence qui vient de franchir le cap fatidique des deux euros le litre. Cette accélération brutale vient confirmer, au passage, que les tarifs des carburants dans la capitale sont bien plus élevés qu'en périphérie et même que partout ailleurs en France. Selon les derniers relevés de l'administration, le super sans plomb 95 s'établit en moyenne à 1,62 euro et 1,66 pour le SP 98.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

Une bonne raison au rebond parisien: ces stations-service dites de «bord de trottoir» s'appuient sur un modèle économique spécifique: «Là où une grande surface va vendre quotidiennement des dizaines de milliers de litres, un site parisien en écoulera seulement quelques centaines, voire quelques milliers», indique l'Union française des industries pétrolières (Ufip). Il s'agit donc simplement d'augmenter les prix pour compenser les écarts en volume.

Nombre de stations en baisse

À Paris, les exploitants de stations-service sont le plus souvent des artisans qui, sous l'enseigne ou non d'une grande compagnie, fixent librement leurs prix. Toujours selon l'Ufip, ce réseau de proximité correspond à un tissu de PME qui, pour maintenir son implantation, doit disposer de marges plus importantes que dans les autres stations-service du territoire.

Actuellement, la marge brute de distribution s'élève en moyenne à dix centimes d'euro par litre. Elle couvre tous les frais liés aux carburants depuis la sortie des produits de la raffinerie: amortissement des installations, salaires, logistique…

À l'arrivée, la marge nette pour le compte de l'exploitant atteint un centime d'euro. Aujourd'hui, à Paris, non seulement faire son plein coûte plus cher mais il devient également de plus en plus difficile de trouver une station-service. Le nombre de points de vente - 137 en 2010 - s'est réduit à 123 unités à la fin de l'année dernière.

Dans son livre blanc, l'Ufip rappelle qu'entre 1995 et 2010 le nombre de stations-service dans la capitale a dégringolé de 41% sous le triple effet des contraintes réglementaires, des coûts de rénovation et des projets d'aménagement urbain.

«À l'horizon 2020, plus de quatre-vingt-dix stations sont menacées de disparition pour ces mêmes raisons», de telle sorte qu'il y aurait moins de quarante stations-service à Paris intra-muros à cette échéance. Ultime mauvaise nouvelle pour le consommateur: la pression n'est pas près de retomber sur le front des carburants.

Selon la plupart des experts, le baril de pétrole devrait rester durablement installé au-dessus de la barre des 120 dollars, dans le sillage d'un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient.

LIRE AUSSI: 

» Le litre de Sans Plomb 95 dépasse les deux euros à Paris 

» Carburants: les Français s'adaptent tant bien que mal

» Comment réduire son budget voiture? (avec Le Particulier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.