Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi la réforme des retraites sera douce

Le Figaro09/08/2013 à 12:32
Le nombre de trimestres à cotiser pour obtenir une pension complète ne devrait pas augmenter pour les Français âgés de plus de 56 ans. En revanche, une hausse des cotisations sociales ou de la CSG pourrait survenir dès l'année prochaine. Pour tous les Français. » Retraites : la contre-réforme de l'UMP

Promis, la réforme des retraites ne sera pas «brutale», a tenté de rassurer la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine la semaine dernière, avant de partir en vacances. Et pour cause: la mesure la plus emblématique de la réforme qui sera présentée début septembre, à savoir l'allongement de la durée de cotisation, ne devrait pas avoir d'effets concrets avant 2020.

La ministre l'a sous-entendu: la réforme ne changera rien pour les Français les plus proches de la retraite, à savoir ceux âgés de plus de 56 ans aujourd'hui. En particulier, la génération 1957, qui atteindra l'âge légal de départ à la retraite (62 ans) en 2019, ne devrait pas travailler plus longtemps que prévu. Celle de 1958, en revanche, devrait, selon toute vraisemblance, écoper au minimum d'un trimestre supplémentaire, une conséquence de la réforme des retraites de... 2003, du fait de l'augmentation mathématique de l'espérance de vie après 60 ans. En clair, la prochaine hausse de la durée de cotisation, qui ne concernera au plus tôt que la génération 1958, ne produira d'effets qu'en 2020!

Moins bonne nouvelle pour les comptes des régimes de retraites

Pour les Français proches de la retraite, une réforme douce est l'assurance de ne pas avoir de mauvaise surprise. C'est une moins bonne nouvelle en revanche pour les comptes des régimes de retraites. L'allongement de la durée de cotisation produit des économies substantielles. Si le gouvernement décidait par exemple de repousser ce curseur de 41,75 à 44 ans d'ici 2020, le seul régime général de retraite (celui du secteur privé) économiserait par exemple 1,4 milliard d'euros par an à la fin de la décennie, chiffre le rapport Moreau sur la réforme des retraites remis en juin au premier ministre. Mais ce n'est pas la voie qu'il a choisi.

La réforme Woerth (du nom du ministre qui la porta) de 2010, au contraire, fut plus drastique et produisit donc plus rapidement des économies. Outre le report de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans, le gouvernement Fillon avait décidé de prolonger la durée de cotisation d'un trimestre dès l'année suivante, en 2011. «Nicolas Sarkozy voulait une réforme dure, assure un responsable syndical. Aujourd'hui, François Hollande n'a pas intérêt à un affrontement violent.»

La violence s'exprimera cette fois-ci par d'autres moyens: la pression fiscale. Il s'agit de trouver 7 milliards d'euros d'ici 2020 pour rééquilibrer le seul régime général, a calculé le rapport Moreau. Faute d'allonger la durée de cotisation, ou de repousser l'âge de départ, François Hollande doit donc augmenter les prélèvements, taxes et autres impôts. Deux solutions principales s'offrent à lui: augmenter les charges sociales ou la CSG. Afin de ne pas porter atteinte à la compétitivité des entreprises, la seconde option pourrait bien l'emporter. De quoi brutaliser, pour le coup, le pouvoir d'achat des ménages.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.