Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour les soldes, les Français exigent des réductions d'au moins 50%

Le Figaro19/06/2013 à 09:26
Le budget des consommateurs pour les soldes d'été, qui démarrent mercredi 26 juin, devrait dépasser les 200 euros, selon des sondages. Avec la crise qui se poursuit, les Français reportent leurs achats sur cette période de prix cassés.

Cet été encore, les Français attendent les soldes avec impatience. Confrontés à une baisse record de leur pouvoir d'achat, qui a flanché de 0,9% l'an dernier, les ménages sont devenus frileux dans leurs dépenses de consommation. Résultat, tous les moyens sont bons pour faire des économies et, parmi eux, 64% des consommateurs attendent la période des soldes pour réaliser leurs achats, selon un sondage* réalisé par CCM Benchmark pour le site Bons-de-Réduction.com qui va être publié ce mercredi. Pour acheter moins cher, ils se jettent également sur les produits d'occasion (23% des sondés), comparent les prix entre magasin et Internet (47%) ou tentent encore de négocier les prix en magasin (11%). À l'inverse, plus d'un tiers (36%) renoncent purement et simplement aux achats «plaisir».

Signe que les Français ont prévu de profiter des soldes d'été - qui débutent le mercredi 26 juin pour cinq semaines -, leur budget repart à la hausse après plusieurs années à se serrer la ceinture. Une grosse moitié (54%) d'entre eux ont l'intention de dépenser autant ou plus qu'en 2012, selon CCM Benchmark. D'après un autre sondage, réalisé par l'Ifop** pour le vendeur de chaussures en ligne Spartoo, les consommateurs dépenseront en moyenne 201 euros, contre 190 euros l'an dernier. «Ils anticipent les soldes pour s'acheter non seulement des vêtements, mais aussi pour équiper leur foyer avec des produits qui coûtent cher», précise Olivier David, directeur général de Bons-de-Réduction.com. S'ils vont se ruer sur les classiques comme les chaussures (82% des sondés), la mode (76%) et les produits culturels (56%), les consommateurs espèrent aussi dénicher du high-tech (42%), de l'électroménager (37%) ou de l'ameublement (36%).

Produits «plein tarif» trop chers

Des clients qui seront très exigeants sur les rabais. «Pour la grande majorité, ils n'achèteront pas si la promotion n'est pas d'au moins 50%», souligne Olivier David. D'après le sondage de CCM Benchmark, seuls 2% des consommateurs se disent intéressés par une réduction de 20%. «Les enseignes multiplient les opérations pomotionnelles hors soldes, ce qui brouille la perception des prix des Français.» De fait, 83% d'entre eux jugent que les produits vendus «plein tarif» sont trop chers. Les marchands ont conscience de ces attentes et vont jouer le jeu. «On sait qu'avec la crise et la baisse du pouvoir d'achat, beaucoup de consommateurs vont être attentifs aux taux de remise et aux prix affichés», réagit Boris Saragaglia, PDG de Spartoo. «À nous de leur proposer de vraies bonnes affaires.»

L'enjeu est d'autant plus important pour le commerce que l'année 2013 a mal démarré, notamment à cause de la météo maussade du printemps. «Dans l'habillement, les enseignes doivent destocker leurs collections été», rappelle Olivier David. Au total, sur les quatre premiers mois de l'année, la consommation d'articles d'habillement et textiles a enregistré un recul de 2,5 % en valeur par rapport à la période correspondante l'année précédente, selon l'Institut français de la mode (IFM).

Le secteur de l'ameublement mise aussi beaucoup sur les soldes d'été, alors que ses ventes sont en baisse de 4,1% à fin avril (hors chaînes de distribution). «Notre activité est corrélée à celle, en difficulté, de l'immobilier, que ce soient les mises en chantier ou les achats/ventes», explique Jean-Charles Vogley, secrétaire général de la Fédération française du négoce de l'ameublement (Fnaem), selon qui la pression fiscale, en rabotant le pouvoir d'achat des ménages, plombe encore davantage les dépenses d'équipement des Français.

* Enquête en ligne menée du 22 au 29 mai 2013 auprès de 1200 panélistes âgés de 18 à 65 ans.

** Sondage réalisé du 5 au 7 juin sur un échantillon de 1067 personnes.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.