Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour la première fois, la fraude à la carte bancaire diminue

Le Figaro10/07/2015 à 08:19

VIDÉO - Le nombre d'opérations frauduleuses a baissé en France. Mais il continue à progresser à l'étranger.

C'est une première. La fraude à la carte bancaire a diminué l'an dernier pour les paiements réalisés dans l'Hexagone avec une carte française, constate l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement. La fraude a concerné un peu plus de 4 opérations sur 10.000 (0,043 %, au lieu de 0,046 % un an plus tôt). Les montants escroqués ont aussi baissé de 4 millions d'euros, passant à 235 millions d'euros. Seul bémol, les retraits aux distributeurs ont continué à légèrement progresser (0,034 % de la fraude).

De façon générale, «cette évolution positive est due à la généralisation en France et en Europe de l'usage de la carte à puce, mais aussi au déploiement dynamique d'authentification renforcée», justifie Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l'Observatoire. L'authentification renforcée concerne notamment les paiements en ligne. Il s'agit de dispositifs de type «3D Secure». Celui-ci oblige l'acheteur, pour valider un achat, à indiquer un code à usage unique envoyé par sa banque par SMS. Même si elle diminue depuis trois ans, la fraude sur les paiements à distance (essentiellement sur Internet) reste toutefois relativement élevée (0,248 % au lieu de 0,010 % pour les paiements dans les magasins). Ces paiements, qui ne représentent que 11,6 % de la valeur des transactions nationales, concentrent 66,5 % du montant de la fraude. Certains secteurs sont particulièrement vulnérables. «Le secteur de la téléphonie et communication connaît de manière durable un taux de fraude très supérieur à la moyenne», constate l'Observatoire.

Le paiement sans contact pas plus risqué

Les achats sur des sites de e-commerce étrangers restent de loin les plus problématiques (9,1 paiements en ligne sur 1000 frauduleux au sein de l'Europe et 9,6 dans le reste du monde). «La fraude auprès des e-commerçants étrangers a très fortement augmenté en 2014, représentant 104,5 millions, contre 81,2 millions d'euros en 2013», souligne l'Observatoire.

L'international reste le point noir de la sécurité des moyens de paiement. Les fraudes sur les achats réalisés à l'étranger ont encore fortement augmenté (+ 15 % par rapport à 2013 à 266 millions d'euros). Pour la première fois, elles ont représenté plus de moitié (53,1 %) du montant total de la fraude, alors qu'elles ne comptaient que pour 13,5 % des transactions.

En revanche, le paiement sans contact ne semble pas poser de problème particulier. Les cartes dotées de ce dispositif, permettant de payer sans composer son code secret, ne sont pas plus piratées que les autres (0,015 % l'ont été). Au total, au cours des neuf premiers mois de l'année dernière, 108.000 euros ont été soutirés à des particuliers qui avaient perdu ou s'étaient fait voler leur carte. Ce qui devrait rassurer les consommateurs qui s'inquiètent du possible détournement de leur carte, ils peuvent toutefois demander à leur banque de retirer cette fonction. Toutes opérations confondues, 905 600 cartes bancaires françaises ont été victimes d'au moins un piratage l'an dernier (+ 5,2 %), pour un préjudice moyen par opération de 112 euros (116 euros en 2013). Au final, 500,6 millions d'euros (+ 6,5% par rapport à 2013) ont été piratés en 2014.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.