Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plus de 7 milliards de hausses d'impôts dès 2012

Le Figaro04/07/2012 à 08:58
Résidents étrangers, grandes entreprises et riches contribuables sont en première ligne.
• ISF et droits de succession

Symboliquement, le gouvernement a souhaité revenir immédiatement sur l'allégement de l'ISF voté en 2011. Comme il n'est pas possible de relever en cours d'année le barème de cet impôt, le projet de budget rectificatif crée, pour 2012, une «contribution exceptionnelle sur la fortune». Elle sera égale à la différence entre le barème de l'ISF d'avant 2011 (plus lourd) et celui en cours jusqu'à présent. L'exécutif va aussi agir vite sur un autre symbole: la fiscalité des successions et donations. Le texte budgétaire ramène de 159.325 euros à 100.000 euros l'abattement fiscal autorisé par enfant et relève de dix à quinze ans le délai entre deux abattements. En revanche, le gouvernement s'est résolu à verser en 2012 les derniers remboursements dus au titre du bouclier fiscal. Un temps tenté, il a finalement renoncé à une suppression anticipée de ce dispositif, car un tel geste aurait été anticonstitutionnel.

• Mise à contribution des non-résidents et des expatriés

Toujours pour se démarquer de Nicolas Sarkozy, à l'origine de la mesure, le projet du budget rectificatif supprime la prise en charge par l'État des frais de scolarité des enfants français inscrits dans un établissement français à l'étranger. Une autre mesure vise les personnes n'habitant pas en France du point de vue fiscal, une catégorie que l'État cherche à mettre à contribution depuis plusieurs années. Ces non-résidents payeront les prélèvements sociaux de 15,5 % sur leurs revenus fonciers issus de biens situés en France et sur leurs plus-values immobilières issues de ventes de ces mêmes biens. Ils payaient déjà de l'impôt sur leurs plus-values et leurs revenus immobiliers, mais pas de prélèvements sociaux (CSG, CRDS, notamment).

• TVA sociale et heures supplémentaires

Vilipendée par le PS, la TVA sociale sera abrogée par le projet de budget rectificatif. Le taux normal de TVA restera donc inchangé, à 19,6 %. La TVA repassera de 7 % à 5,5 % pour les livres. L'exonération de charges sociales pour les heures supplémentaires sera supprimée, sauf dans les entreprises de moins de 20 salariés.

• Dividendes, stock-options, taxe sur les transactions financières

Les entreprises payeront une taxe de 3 % sur les dividendes versés. Les contributions sociales sur les stock-options et les actions gratuites grimperont de 22 % à 40 %. La taxe sur les transactions financières sera doublée. Les banques seront surtaxées. Autant de mesures du projet de budget rectificatif prises au nom de la «définanciarisation» de l'économie. Elles aussi victimes de leur mauvaise réputation, les compagnies pétrolières paieront une surtaxe sur leurs stocks.

• Impôt sur les sociétés

Les entreprises réalisant plus de 250 millions de chiffres d'affaires sont soumises depuis 2011 à une contribution exceptionnelle de 5 % d'impôt sur les sociétés. Le projet de budget rectificatif leur demandera de verser, probablement en décembre, un acompte sur cette contribution payée normalement en avril 2013. Le texte comporte aussi une série de mesures antiabus et antiparadis fiscaux.

• Épargne salariale

Les socialistes voient d'un mauvais œil l'épargne salariale (intéressement, participation, plan d'épargne-entreprise), considérée comme de la rémunération déguisée. Le projet de budget relève donc de 8 à 20 % le forfait social payé par les entreprises sur cette épargne salariale. Un autre avantage fiscal relatif à la participation - la déductibilité à l'impôt sur les sociétés de la provision - sera supprimé.

LIRE AUSSI:

» Ce qu'il faut retenir du discours de Jean-Marc Ayrault

» Ayrault se glisse dans les mots d'Hollande

» Discours d'Ayrault: l'UMP raille les réponses à la crise

» L'Assemblée fait Hémicycle comble

» VOTRE AVIS - La politique de Jean-Marc Ayrault va-t-elle redresser la France?


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.