Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pinel : «Le dispositif d'investissement locatif restera le même en 2016»

Le Figaro27/08/2015 à 18:44

INTERVIEW - À l’heure où le gouvernement cherche à faire des économies budgétaires, la ministre du Logement, Sylvia Pinel, n’exclut pas que l’APL (aide personnalisée au logement) soit revue à la baisse dans quelques cas.

LE FIGARO - Malgré un redécollage des ventes de logements neufs, la construction ne redémarre pas. Êtes-vous satisfaite de ce bilan?

Sylvia PINEL - Ce que je constate, c’est que le plan de relance de l’immobilier annoncé à l’été 2014 par le gouvernement porte ses fruits. Au premier semestre de cette année, les ventes de logements sont reparties à la hausse. Cela ne se traduit pas encore dans les chiffres de la construction car il y a un décalage entre les réservations de logements et les mises en chantier: en moyenne, cinq mois pour une maison individuelle et huit à dix mois pour un immeuble. Ce redémarrage tient d’abord à l’assouplissement du dispositif d’investissement locatif portant mon nom que nous avons mis en place en octobre 2014. Grâce à lui, les investisseurs ont repris confiance. Et les ventes qui y sont liées ont augmenté de 67 % au premier semestre. Mais les autres mesures de ce plan de relance (notamment l’élargissement du PTZ (prêt à taux zéro) ont permis de faciliter l’accès à la propriété des classes moyennes dans des zones moins tendues.

Le dispositif Pinel sera-t-il reconduit en 2016?

Bien sûr. Ce dispositif d’investissement locatif sera maintenu tel quel en 2016. Les possibilités de louer à ses ascendants ou ses descendants, d’investir pour des durées variables (six, neuf ou douze ans) que nous avons introduites correspondent aux attentes des particuliers-investisseurs. Cette formule n’a pas entraîné de hausse des prix des logements neufs. En plus, quand on change les dispositifs trop souvent, plus personne ne s’y retrouve et les ventes s’en ressentent.

Êtes-vous favorable à une réduction des dépenses de l’État pour le logement?

La réduction des déficits publics, qui passe par la réduction des dépenses publiques, fait partie des missions que s’est fixées le gouvernement. Et ma famille politique, les Radicaux de gauche, y souscrit. Dans le logement, il y a des domaines où on peut faire des économies et d’autres pas.

Voulez-vous réduire le montant de l’APL?

80 % des allocataires de l’APL (aide personnalisée au logement) gagnent moins que le smic. Et, en moyenne, ceux qui reçoivent l’APL ont un revenu de 700 euros par mois. Ces aides au logement sont indispensables à ces ménages. Mais il y a des sujets qu’il faut regarder dans le cadre de la loi de finances 2016. Une piste serait de tenir compte du patrimoine du candidat à l’APL pour calculer son allocation. En clair, se demander si le propriétaire d’un appartement ou d’une maison doit toujours toucher l’APL pour le bien qu’il loue. Mais il faudra tenir compte du revenu réel du ménage concerné. Je suis hostile aux mesures d’économies générales non ciblées.

Trouveriez-vous logique de réduire l’APL pour ceux qui louent de grands logements?

Des discussions sont en cours sur ce sujet. Si une personne seule loue un très grand logement, cela mérite qu’on s’intéresse au sujet.

Comptez-vous réserver l’APL étudiants aux seuls boursiers?

Je ne suis pas favorable à ce qu’on touche aux APL étudiants. Cela ne me semblerait pas très juste.

Quel est le montant d’économies envisageables sur l’APL?

Quelques centaines de millions d’euros.

Après avoir été introduit à Paris le 1er août, quand l’encadrement des loyers verra-t-il le jour à Lille?

À Lille, l’observatoire des loyers a été agréé. Mais la collecte des données nécessaire pour établir les loyers médians n’est pas finie. Du coup, l’encadrement des loyers devrait intervenir à Lille au premier trimestre 2016.

D’autres villes seront-elles concernées avant la présidentielle?

Pour l’instant, aucune autre ville n’a demandé l’agrément de son observatoire des loyers, une étape nécessaire pour mettre en place l’encadrement des loyers.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.