Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pièces auto : la charge du gendarme de la concurrence

Le Figaro 08/10/2012 à 22:54
L'Autorité de la concurrence estime que le monopole des constructeurs sur les pièces visibles gonfle les prix.

L'annonce a, comme prévu, provoqué une levée de boucliers chez les constructeurs et leurs concessionnaires, déjà confrontés en France à l'effondrement des ventes de voitures et à des problèmes de rentabilité. Elle pourrait en revanche soulager les consommateurs. Dans un avis rendu lundi, l'Autorité de la concurrence souhaite en effet une ouverture progressive (sur quatre à cinq ans) du marché des pièces de rechange visibles (ailes, capots, pare-chocs, pare-brise, feux, rétroviseurs). Le principe de l'ouverture pouvant être fixé par la loi. En France, seuls les grands constructeurs, comme PSA ou Renault, peuvent fournir des pièces visibles aux réparateurs, car elles sont protégées par des droits sur le design. L'autorité estime que «les constructeurs détiennent de ce fait un véritable monopole» sur «plus de 70 % des ventes de pièces» visibles, et sont «en duopole» avec des équipementiers «sur les 30 % restants».

Résultat, alors que les dépenses par véhicule sont en baisse constante, en raison d'une meilleure fiabilité des voitures, les prix de l'entretien-réparation ont augmenté de 28 % (corrigé de l'inflation) entre 2000 et 2011 selon l'Insee. «Nous souhaitons que les réseaux indépendants puissent concurrencer plus efficacement les réseaux agréés», ce qui pourrait se traduire par une baisse des prix «de l'ordre de 6 à 15 % des pièces visibles», correspondant aux excès actuels, souligne Bruno Lasserre, le président de l'autorité, qui ajoute «que tous les pays voisins ont fait ce choix». Une ouverture progressive permettrait selon lui au secteur de «revoir son modèle économique», qui consiste à «rattraper sur la réparation les pertes réalisées sur les ventes de voitures neuves».

Les pièces de rechange font l'objet d'une consultation publique depuis avril. Les constructeurs avaient déposé un recours devant le Conseil d'État contre l'avis provisoire émis à l'époque.

Riposte des constructeurs

Il faut dire que les pièces détachées visibles représentent 13 à 20 % du chiffre d'affaires des pièces de rechange (entre 1,8 et 2,6 milliards d'euros par an), selon l'autorité. Plus globalement, les constructeurs et leur réseau détiennent ­entre 45 et 55 % du marché de l'entretien-réparation, selon le rapport. Ils veulent d'autant plus défendre leurs positions que, traditionnellement, l'essentiel des marges de leur réseau est dégagé par l'après-vente.

Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a dénoncé «l'incohérence et les ­erreurs d'analyse» du rapport. Il estime que la libéralisation des ­pièces de rechange «porterait ­gravement préjudice» à l'activité de la filière et détruirait plus de 2200 emplois.

LIRE AUSSI:

» Pièces détachées: la riposte des constructeurs automobiles

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.