Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pathologie : les solutions pour conduire

Le Figaro24/07/2013 à 17:31
Si votre état de santé vous interdit de conduire, vous pouvez prétendre à des indemnités dans le cadre de votre profession. Les complémentaires santé vous aident également par des services d'assistance à la personne.
Les pathologies interdisant la conduite

Certaines pathologies sont incompatibles avec la conduite d'un véhicule. L'arrêté du 21 décembre 2005, consolidé en 2010, en a fixé la liste: les maladies cardio-vasculaires, les anévrismes cérébraux, les affections respiratoires sévères, les glaucomes étendus, l'épilepsie et le diabète.

D'autres états peuvent entraîner une interdiction de conduire temporaire comme les troubles de la vigilance, provenant ou non de médicaments, les psychoses chroniques, les déficiences mentales et la sensibilité à l'éblouissement en vision nocturne.

Le médecin décisionnaire

Le médecin traitant ne se prononce jamais sur une pathologie interdisant la conduite mais il a le devoir d'informer son patient sur son état et doit également l'orienter vers l'autorité médicale compétente. En effet, ce sont les médecins agréés par la préfecture de résidence (la liste est fournie sur simple demande).

Pour savoir si l'on peut continuer à conduire ou non, on doit passer un examen médical qui porte sur la mobilisation des capacités sensorielles et cognitives. Il est effectué par le médecin agréé, qui émet ensuite un avis favorable ou défavorable à la conduite. Si vous êtes en désaccord avec ce résultat, vous pouvez solliciter un second avis auprès de la commission médicale d'appel.

À noter: lorsqu'un patient se voit interdire la conduite, il doit remettre son permis à la préfecture, et donc un nouveau contrôle médical est nécessaire pour le récupérer en cas d'interdiction provisoire.

Le rôle de l'Assurance Maladie

Si vous êtes routier ou chauffeur de bus, l'interdiction de conduire permanente (causée par une pathologie) vous donne droit à une pension d'invalidité versée par l'Assurance Maladie. Pour en bénéficier, vous devez être salarié et son montant maximum est compris entre 925,80€ et 2639,60€ par mois.

Dans le cas d'une interdiction provisoire à la conduite (affectant votre profession), votre incapacité de travail est prise en charge par les indemnités journalières de l'Assurance Maladie. Les plafonds se situent dans une fourchette allant de 42,32€ à 56,43€ par jour.

Enfin, les salariés possédant au moins 1 an d'ancienneté dans leur entreprise perçoivent de leur employeur un complément aux indemnités journalières de l'Assurance Maladie. Ainsi, les assurances santé proposent aussi des garanties indemnités complémentaires journalières.

L'assistance des complémentaires santé

Liée à une maladie, l'interdiction de conduire engendre une plus grande dépendance du patient, surtout en milieu rural. Pour résoudre ces difficultés, nombreuses sont les complémentaires santé qui incluent des services à la personne.

N'attendez pas d'en avoir besoin pour faire établir un comparatif de mutuelle santé car vous n'auriez pas droit aux services d'assistance. Cependant, avec un devis en assurance santé, prévoyez de remplir un questionnaire médical (il n'y en a pas avec les mutuelles).

Les services d'assistance des complémentaires santé fonctionnent en période d'hospitalisation, mais pas seulement. En effet, lorsque la maladie vous empêche de faire vos courses ou d'aller chercher les enfants à l'école, votre mutuelle se charge de vous envoyer une aide personnelle à domicile.

Si la pathologie qui vous interdit de conduire s'accompagne de traitements lourds (chimiothérapie), l'assistance des complémentaires est maintenue sans condition de durée.

Renseignez-vous auprès de votre courtier qui saura vous proposer un contrat adapté à votre situation.

» Profitez de la meilleure assurance santé avec Cplussur.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.