Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de médicaments en grandes surfaces

Le Figaro12/07/2013 à 20:35
La ministre Marisol Touraine coupe court au débat ouvert par l'Autorité de la concurrence.

Pas de révolution en vue dans la vente de médicaments. En réponse à une proposition formulée par l'Autorité de la concurrence, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a affirmé vendredi que la vente de médicaments en grandes surfaces n'était «pas envisagée par le gouvernement», même pour les médicaments non soumis à prescription. La ministre est «particulièrement attentive à ce que le circuit du médicament soit sécurisé et que la consommation des médicaments soit maîtrisée», explique son entourage.

Le gouvernement a, en revanche, donné en partie gain de cause à l'Autorité de la concurrence sur la vente de médicaments en ligne. L'arrêté encadrant les règles de la commercialisation sur Internet de quelque 4 000 médicaments non prescrits entrait en vigueur vendredi. Il précise que le même site pourra vendre à la fois des médicaments non prescrits et des produits de parapharmacie. Par ailleurs, les prix seront librement fixés par le pharmacien à l'origine du site et ils pourront être différents des prix pratiqués dans son officine. «Je ne sais pas si les pharmaciens afficheront les mêmes prix sur les sites et en officines. Mais cela va faire bouger les lignes au niveau des prix car il sera plus facile de les comparer», prévoit Isabelle Adenot, présidente de l'Ordre des pharmaciens.

Le marché ne devrait, pour autant, pas exploser. Seulement 35 sites étaient enregistrés vendredi auprès de l'Ordre national des pharmaciens, dont plus d'un quart en Alsace. Un manque d'enthousiasme dû à plusieurs raisons. Bon nombre de pharmaciens ne sont pas favorables à la vente en ligne et prévoient d'ouvrir un site essentiellement pour se placer vis-à-vis de la concurrence. Ils se sont d'autant moins précipités que, si la vente en ligne est autorisée depuis le 1er janvier, elle a donné lieu à des controverses avant d'aboutir à une réglementation précise.

5 % des ventes en ligne

«Les pharmaciens attendaient d'être fixés sur les règles auxquelles ils devaient se soumettre pour se lancer. Mais le nombre de demandes d'agrément a été multiplié par trois», précise Isabelle Adenot. Celle-ci s'attend à plusieurs milliers de demandes, sur environ 22 000 officines en France, sans croire pour autant à un véritable développement du marché. Beaucoup de sites ne devraient pas perdurer, si l'on observe ce qui s'est passé dans d'autres pays. «En Belgique, 4 000 officines avaient obtenu leurs licences, mais seules 150 fonctionnent encore. En Allemagne, il reste une quarantaine de sites actifs sur 3 000 agréments», explique Isabelle Adenot. Dans les pays d'Europe où il est autorisé depuis plusieurs années, le commerce en ligne représente à peine 5 % des ventes de médicaments.

Par ailleurs, les règles élaborées en France pour encadrer ces ventes, à la fois pour lutter contre la contrefaçon et la consommation abusive, sont assez lourdes. Chacun de ces sites Web doit être le «prolongement virtuel» d'une pharmacie réelle, elle-même dûment autorisée. Et le site doit permettre un échange interactif avec le pharmacien avant la validation de la commande, stipule ainsi l'arrêté. Encore faut-il séduire les Français. Un sondage Ipsos indiquait il y a quelques mois que 11 % seulement d'entre eux envisagent d'acheter des médicaments en ligne.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.