Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de hausse des PV de stationnement avant la présidentielle

Le Figaro24/09/2015 à 10:15

Une bonne nouvelle pour les automobilistes mais une mauvaise pour les maires. Le gouvernement craignant une fronde des automobilistes avant l'élection de 2017 a décidé de reporter la réforme qui devait permettre aux maires de fixer le montant des PV de stationnement.

Nouvelle opposition entre un gouvernement qui refuse d'augmenter les prélèvements à l'approche de 2017, et des collectivités locales au bord de l'asphyxie financière. Et il y a fort à parier que le grand public soit, cette fois-ci, largement derrière la positon de l'exécutif: le 1er octobre prochain, lors des Rencontres nationales du transport public qui se tiendront à Lyon, le premier ministre Manuel Valls devrait annoncer un report du transfert de la gestion des amendes de stationnement aux mairie, croivent savoir Les Echos. Ce qui revient de facto à geler leur hausse à court terme. Explications.

Changement de statut

Le dossier du montant des amendes, et de l'autorité pouvant les moduler à sa guise, est un sujet brûlant depuis plusieurs mois. Les représentants des collectivités locales, réunis dans le Groupement des autorités responsables du transport (GART) réclament la possibilité de se voir confier la gestion d'un «forfait de post-stationnement». Derrière ce terme pour le moins ambigu se cache un dispositif exactement similaire à celui d'une contravention, mais qui n'en est pas une juridiquement parlant. Le gouvernement souhaite en effet «dépénaliser» le stationnement pour le remplacer par ce dispositif, ce qui inclut deux changements majeurs: primo, le montant à payer ne sera plus nécessairement le même sur tout le territoire; secundo, les contestations ne relèveront plus du tribunal de police mais d'une commission du contentieux du stationnement payant. Dans l'absolu, le principe stationnement non payé/contravention reste le même pour l'usager, mais la nature juridique de la sanction changera. De même que son montant, qui sera fixé librement par les mairies qui dans leur immense majorité ne se feront pas prier pour les revoir à la hausse.

Ce nouveau dispositif était prévu dans la loi sur les métropoles de 2014 et devait rentrer en vigueur en janvier 2016. A moins d'un - peu - probable retournement de situation, c'est donc bien son report que Manuel Valls s'apprête à annoncer. Nouvel objectif: 2018.

Zéro hausse avant 2017

Un report qui passe mal auprès des collectivités qui comptaient donc sur ce «forfait post-stationnement» pour générer des recettes supplémentaires de stationnement en fixant leur tarif en cas de dépassement ou d'absence de ticket. Une aubaine en période de baisse des dotations de l'Etat aux collectivités. Mais le système aurait pu avoir un autre objectif: mettre en cohérence le montant du stationnement par une mairie et la sanction pour les contrevenants, jugée peu dissuasive. A Paris, le stationnement sur la voie publique (hors résident) coûte 4 euros de l'heure pour les arrondissements centraux et 2,40 euros de l'heure pour les arrondissements périphériques. Un chiffre élevé par rapport au montant du PV de stationnement, «seulement» à 17 euros. Conséquence: dans la capitale, selon les estimations, seuls 10% des stationnements sont payés par les utilisateurs. Le nouveau système pourrait donc inciter les automobilistes à s'acquitter des montants à payer, en redonnant de la cohérence au rapport tarif/contravention.

Même si la volonté politique de ne pas rajouter de hausse à des contraventions, déjà peu populaires, semble évidente, c'est officiellement pour des raisons techniques que la mesure très attendue par les collectivités ne rentrera pas en vigueur au cours du quinquennat. Selon la mission interministérielle qui était chargée de mettre en place le dispositif, la cause du report est à chercher du côté de l'Agence nationale pour le traitement automatisé des infractions, l'Antai. L'organisme ne serait apparemment «pas prêt» à temps pour faire transiter son activité de l'envoi d'amendes à l'envoi de «forfaits». Le préfet en charge de cette mission, Stéphane Rouvé, confirme d'ailleurs au quotidien Les Echos sa volonté d'agir dans la plus grande rigueur pour éviter les conséquences d'une transition mal préparée: «Nous voulons être prudents, il s'agit de gérer potentiellement des centaines de milliers de recours», explique-t-il. Les collectivités vont donc devoir attendre avant de pouvoir compter sur cette nouvelle ressource. Entre le montant de ces forfaits et la dissuasion qu'ils génèreraient, le GART avait évoqué que le gain pourrait représenter un doublement des recettes de stationnement pour les communes. Patience!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.