Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris promeut le bio, aux sources de l'eau de ses robinets

RelaxNews25/05/2016 à 11:38

L'eau de Paris vient à 47% de la Seine et de la Marne. (allgord/Istock.com)

(AFP) - Sous les champs de Saint-Benoist-sur-Vanne (Aube), entre petits bois et cultures céréalières, jaillissent les eaux limpides de la "Bouillarde" : elles finiront 150 km plus loin, dans les robinets de la ville de Paris qui, pour protéger ses ressources en eau, a lancé un plan pour renforcer l'agriculture biologique.

Car l'eau que l'on boit de Paris vient, à 47%, de la Seine et de la Marne et à 53% des eaux souterraines acheminées par aqueducs de cinq régions autour de la capitale, le tout étant traité pour la rendre parfaitement sûre et potable dans quatre usines de la proche banlieue.

La source d'Armentières de Saint-Benoist-sur-Vanne, où jaillit la Bouillarde, est l'un des quelque 100 points de ces captages.

Les 30.000 m3 d'eau qu'elle produit chaque jour en moyenne partent d'un collecteur datant de près d'un siècle et demi -- les droits de Paris remontent à Haussmann --, à l'entrée soigneusement gardée.

Un aqueduc acheminera les eaux pendant trois jours jusqu'aux robinets parisiens, après passage dans l'usine de traitement de l'Haÿ-les-Roses.

"L'eau est une ressource fragile, touchée par de multiples pollutions dont celle des pesticides", dit à la presse Célia Blauel, la présidente d'Eau de Paris, la régie de la Ville de Paris en charge de la production et de la distribution de l'eau dans la capitale.

Elle est ainsi le "témoin de 50 ans d'agriculture intensive", ajoute la responsable, également adjointe écologiste (EELV) en charge de l'environnement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Les pesticides et autres sont évidemment traités. L'eau de Paris "peut aller dans le biberon des enfants", dit-elle, mais "nous préférons être dans une démarche préventive".

La Ville vient ainsi de renouveler, en l'amplifiant pour l'horizon 2016-2020, un programme d'aides au bio à destination d'une partie des quelque 240.000 hectares de terres agricoles où se collectent ces eaux souterraines.

- Un 'effet d'entraînement' -

L'objectif est de porter à 3.500 les hectares cultivés en bio (soit plus 67%), à 10.500 ceux dédiés aux cultures durables (+60%) avec réduction significative de l'azote ou des pesticides et de doubler à 400 hectares la surface en "zone vulnérable", près des sources, de terrains détenus directement par la Ville.

"L'idée n'est pas d'acheter les 240.000 hectares", dit Mme Blauel, mais de lancer un "effet d'entraînement" auprès des agriculteurs.

Paris finance ainsi des programmes d'information et de conseils auprès des agriculteurs locaux qui veulent s'installer ou se convertir, les aident à monter des dossiers de subventions européennes.

En 2015, il était 108. Parmi eux, Christophe Dupuis, un jeune agriculteur dont la "Ferme aux Cailloux" à Arces-Dilo ne vend que du bio. Pour cultiver les céréales de manière naturelle, il alterne le blé ou l'orge avec le soja ou la luzerne, "pour amener de l'azote" naturelle.

Dans la région de la Vanne où "il y a un captage dans quasiment chaque commune, les agriculteurs prennent conscience de l'impact sur la qualité de l'eau", dit-il.

Si M. Dupuis agit "par conviction", l'agriculture biologique est aussi un réel débouché.

"Les prix en conventionnel sont bas depuis 2013", dit Hélène Leviel, ingénieur agronome à l'association "Bio-Bourgogne" partenaire de la Ville, "au contraire, le marché du bio se maintient à un niveau élevé".

"Il y a une dynamique", dit-elle, "quand quelqu'un passe en bio, que ça se passe bien, qu'il travaille bien, ça se voit des champs, tout le monde le voit et ça fait effet boule de neige".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.