Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Panama Papers»: qu'est-ce qu'une société offshore?

Le Figaro04/04/2016 à 15:26

INTERVIEW - Le Monde et le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) ont révélé ce week-end un large système de sociétés écrans installées au Panama. Sophie Scemla, avocate associée au cabinet Eversheds détaille le fonctionnement de ces entités qui peuvent être légales.

En dévoilant les données contenues dans les 11,5 millions de documents venus d'une firme panaméenne spécialisée dans la domiciliation d'entreprise, Le Monde et le Consortium des journalistes d'investigation (ICIJ) ont mis en lumière un vaste système mondial de sociétés offshores domiciliées dans des paradis fiscaux. Sophie Scemla, avocate associée au cabinet Eversheds, explique le fonctionnement de ces sociétés, dont l'activité peut être légale.

LE FIGARO. - Qu'est-ce qu'une société offshore?

Sophie SCEMLA. - Il n'y a pas vraiment de définition juridique. Au sens littéral, il s'agit d'une société «extraterritoriale». En pratique, il s'agit d'une société créée dans un pays dans lequel le bénéficiaire économique final n'est pas résident et qui est dirigée hors du pays dans lequel elle est immatriculée. Elles sont souvent utilisées dans des pays où la fiscalité est avantageuse. La société offshore est une forme de société écran, qui présente toutes les caractéristiques d'une société réelle (elle est immatriculée par exemple), mais dont l'apparence ne correspond pas à la réalité. Il existe d'importantes suspicions concernant la légalité de ces sociétés, notamment sur leur rôle en matière de blanchiment d'argent. Le décret du 16 juillet 2009 prévoit que les établissements financiers doivent effectuer une déclaration de soupçon auprès de Tracfin (la cellule créée par Bercy pour lutter contre l'évasion fiscale), s'agissant d'opérations impliquant des sociétés créées dans des pays non coopératifs, c'est-à-dire où le partage d'informations n'est pas automatique, ou lorsque l'activité de la société n'est pas cohérente avec son objet social.

Est-il légal d'être propriétaire d'une société offshore?

Tout le monde peut créer une société dans un pays où il n'est pas résident fiscal. La création d'une société offshore n'est pas illicite en soi. Si une personne est bénéficiaire de cette société offshore, elle doit déclarer les profits tirés des activités de cette société et s'assurer de respecter les obligations légales et réglementaires existantes dans son pays de résidence et dans le pays dans lequel la société est établie. Si la création d'une société offshore n'est pas illégale, ces sociétés sont utilisées, dans la grande majorité des cas, à des fins frauduleuses: pour faire de l'évasion fiscale par exemple ou pour dissimuler l'identité du bénéficiaire économique réel voire des opérations frauduleuses. Pour créer une société offshore, on recourt la plupart du temps aux services de comptables, de sociétés spécialisées ou d'avocats établis dans les pays concernés. Dans le cadre de certains montages fiscaux, sont souvent utilisées plusieurs sociétés intermédiaires pour renforcer l'opacité du schéma.

Dans quels pays est-il possible d'ouvrir une société offshore?

Créer une société offshore est possible dans tous les pays du monde où le bénéficiaire économique n'est pas résident. Par exemple, un Français peut en créer une société offshore en Italie, au Luxembourg ou au Panama. En général, ces sociétés sont créées dans des pays où la fiscalité est plus avantageuse que dans le pays de résidence du bénéficiaire économique. Compte tenu du renforcement de la coopération internationale et de l'entrée en vigueur de nouveaux traités en matière de fiscalité, les sociétés offshores sont de plus en plus constituées dans des pays où le système juridique est opaque.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.