Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Organiser à l'avance sa protection juridique

Intérêts privés25/01/2009 à 16:38
Le mandat de protection future permet d'éviter de recourir à une tutelle, une curatelle ou une sauvegarde de justice.

Chacun peut rédiger un mandat de protection future, en prévision d'une éventuelle déficience personnelle. Ces actes ont pu être établis dès le 7 mars 2007, mais ils n'ont pu prendre effet que depuis le 1er janvier 2009.

À titre préventif
Toute personne majeure peut charger une ou plusieurs personnes, par un même mandat, de la représenter pour le cas où elle ne pourrait plus pourvoir seule à ses intérêts. Toutefois, si elle est déjà sous curatelle, l'assistance de son curateur est nécessaire pour établir ce document.

Le mandat de protection future peutégalement être utilisé par les parents d'un enfant handicapé, pour organiser à l'avance la protection juridique de leur enfant devenu majeur.

Le mandataire désigné peut aussi bien être un proche qu'un professionnel (notaire, avocat, conseil en gestion de patrimoine...).

avec ou sans notaire
Le mandat de protection future peut être conclu soit par acte notarié (obligatoirement lorsqu'il est conclu par des parents pour leur enfant handicapé), soit par acte sous seing privé.

Le mandat notarié permet au mandataire d'accomplir tous les actes de gestion, y compris les actes de disposition (ventes). Toutefois, pour les actes à titre gratuit (donations), il lui faut l'autorisation du juge des tutelles. C'est le notaire qui est destinataire des comptes, mais il peut saisir le juge de tout mouvement de fonds et de tout acte n'apparaissant pas conforme à l'intérêt du majeur. Les frais de notaire pour l'établissement du mandat s'élèvent à 130,96 € TTC (+ 65,48 € TTC en cas d'acceptation du mandat par un acte séparé). Le contrôle annuel des comptes entraîne également des frais (entre 130,96 € et 392,88 € TTC selon le montant des recettes et dépenses).

Le mandat sous seing privé est, en revanche, limité aux actes d'administration (gestion courante). Toutefois, la conclusion d'actes plus graves ne nécessite pas l'ouverture d'une tutelle, mais une simple requête au juge. Le mandat doit être soit contresigné par un avocat, soit établi selon le modèle fixé par le décret du 30 novembre 2007 (modèle Cerfa n° 13592*01).

mise en oeuvre
Le mandat prend effet lorsque la personne qui l'a établi ne peut plus pourvoir seule à ses intérêts (ou lorsque les parents d'un enfant handicapé sont décédés ou ne peuvent plus en assumer la charge).

Le mandataire doit s'adresser au greffe du tribunal d'instance, muni de son mandat et d'un certificat médical justifiant de la déficience du mandant. Son rôle est ensuite de faire procéder à un inventaire des biens (et assurer son actualisation) et d'établir tous les ans le compte de sa gestion, vérifié selon les modalités définies par le mandat. Le juge peut contrôler en tout état de cause l'accomplissement de cette mission.

À noter : le mandat de protection future exclut, en principe, l'ouverture d'une tutelle ou d'une curatelle. Mais le juge reste compétent pour trancher tout litige sur les conditions et modalités du mandat, ainsi que pour autoriser les actes les plus graves.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.