Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Optimisez les aides pour vos travaux d'économies d'énergie

Le Figaro20/12/2014 à 08:01

QUESTIONS D’ARGENT - Les particuliers disposent de tout un arsenal d’aides pour financer leurs projets de rénovation énergétique : crédit d’impôt pour la transition énergétique, éco-prêt à taux zéro, certificats d’économie d’énergie… De quoi réduire le coût des travaux, à condition de les utiliser de manière optimale.

1) À quelles aides pouvez-vous prétendre?

Les travaux d’économies d’énergie que vous faites réaliser depuis le 1er septembre 2014 ouvrent droit à un crédit d’impôt, désormais plus simple à mettre en œuvre, et plus généreux qu’auparavant. En effet, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui remplace l’ancien crédit d’impôt développement durable (CIDD), vous octroie un avantage fiscal porté à 30% du montant de la dépense, taux unique quelle que soit l’ampleur de vos travaux. Un seul type de travaux suffit désormais pour bénéficier du dispositif. Auparavant, l’avantage fiscal était fixé à 25% et imposait au moins deux types de travaux. Le plafond de dépense reste fixé à 8000 € pour une personne seule et 16.000 € pour un couple soumis à imposition commune (+ 400 euros par personne à charge), plafond qui s’apprécie sur 5 années.

Vous pouvez également financer vos travaux en souscrivant un prêt à taux zéro écologique (éco-PTZ). Pour en bénéficier, vous devez faire réaliser au moins deux types de travaux parmi les suivants: isolation de la toiture, des murs donnant sur l’extérieur, des ouvertures, travaux d’installation, de régulation ou de remplacement d’un système de chauffage, y compris la production et la ventilation, installation d’équipement de chauffage ou de production d’eau chaude utilisant une source d’énergie renouvelable. Dès lors, vous avez droit à 20.000 € de prêt remboursable en 10 ans, voire 30.000 € sur 15 ans pour un bouquet de trois actions de travaux ou un projet plus lourd visant à améliorer la performance énergétique globale du logement.

À noter que pour ces deux dispositifs, vous devrez faire appel dès le 1er janvier 2015 à un artisan agréé «RGE» (reconnu garant de l’environnement).

2) Ces aides sont-elles cumulables?

Non, l’éco-PTZ n’est pas cumulable avec le CITE, sauf si vos revenus n’excèdent pas 25.000 € pour une personne seule et 35.000 € pour un couple (+ 7500 € par personne à charge). Au-delà de ce seuil, comparez les deux aides pour déterminer la plus avantageuse. Sachez que, la plupart du temps, si vous devez souscrire un prêt pour financer vos travaux, il sera plus rentable de renoncer au CITE pour bénéficier de l’éco-PTZ.

3) Puis-je, dans tous les cas, optimiser davantage mes travaux?

Oui, vous pouvez valoriser vos certificats d’économie d’énergie. Les fournisseurs et distributeurs d’énergie, ainsi que les entreprises de la grande distribution vendant du carburant doivent, en effet, engager des travaux d’économie d’énergie, et inciter leurs clients à en réaliser. Les actions qu’ils mènent en ce sens se traduisent par la délivrance de certificats d’économie d’énergie (CEE). À défaut d’atteindre leurs quotas de CEE, ces entreprises sont redevables de fortes pénalités. D’où la nécessité, pour elles, d’engranger ces fameux CEE en l’échange d’actions concrètes auprès de leurs clients: primes sur des équipements, diagnostic énergétique gratuit, prêt à taux bonifiés… La grande distribution privilégie, par exemple, les bons d’achat ou les remises sur certains matériels et équipements. Ainsi, le remplacement d’une chaudière par un modèle à condensation peut vous faire bénéficier d’une prime de 396 € chez Castorama ou de 324 € de bons d’achats chez Leclerc. Vous pouvez enfin vous adresser à une société comme Primes-Énergie, qui monétise vos CEE.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.