1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

On peut acheter un bien rural en évitant la préemption

RelaxNews12/10/2015 à 08:33

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. (Shutterstock/Dariusz Gora)

(AFP) - Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer.

Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

En pareil cas, la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer) n'a pas le droit d'exercer son droit de préemption mais elle peut contester l'indivisibilité de la vente afin que les biens agricoles fassent l'objet d'un acte séparé. Elle pourrait alors exercer sur celui-ci son droit de préemption.

Ce droit de préempter pour rétrocéder à l'agriculteur de son choix est destiné à maintenir la cohérence des exploitations en évitant un morcellement et à faciliter l'installation des agriculteurs.

Une Safer intervenait dans une vente qui portait sur une propriété d'une quinzaine d'hectares avec trois anciens bâtiments agricoles rassemblés sur une petite parcelle de mille mètres carrés. Inutilisés depuis plus de cinq ans, les bâtiments n'étaient plus "agricoles" et cette petite parcelle n'était donc pas soumise au droit de préemption.

La Safer soutenait qu'il s'agissait d'une fraude à ses prérogatives qui aboutissait à l'empêcher de préempter les quinze hectares agricoles. Mais les juges lui ont donné tort. Même si la parcelle non agricole est très réduite, elle est incluse dans une vente globale et empêche la Safer de préempter le tout. La Safer ne peut pas provoquer une division forcée de la vente, elle ne peut que saisir la justice pour tenter de l'obtenir.

 

(Cass. Civ 3, 30.9.2015, N 14-22.262).

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    12 octobre15:29

    la safer et la sacem....deux organismes parasites qui ne defendent que leurs propres interets

    Signaler un abus

  • M7093115
    12 octobre11:41

    Largement temps que cette institution, créée avec l' appui des commu nistes dans les années 50, disparaisse Opacité, magouilles en tous genres Résultat prix des terres agricoles en France 2 fois moins cher qu' Espagne 4 fois moins qu' en Allemagne.....

    Signaler un abus

  • mlemonn4
    12 octobre11:06

    La SAFER est encore une institution "l'état dans l'état" dirigé toujour spar les mêmes et ceux qui ont les plus gros intérêts, qui a des pouvoirs outranciers non justifiés; elle est devenue un marchand de biens toujours au profit des plus gros propriétaires avec des coucheries plus que malsaines avec les notaires ! Et je sais de quoi je parle !

    Signaler un abus

  • sidelcr
    12 octobre10:20

    Résultat : vente bloquée par la Safer toute puissante & cela peut durer des années .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer