Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelles dispositions pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Le Figaro22/05/2015 à 08:21

Le parlement a voté jeudi soir un texte qui empêchera les moyennes et grandes surfaces de rendre impropre à la consommation les invendus. Les professionnels estiment que la loi se trompe de cible.

Les députés ont adopté jeudi soir à l'unanimité des amendements au projet de loi sur la transition énergétique qui visent à limiter le gaspillage alimentaire. «Voir de l'eau de Javel déversée sur les poubelles des grandes surfaces avec des aliments consommables, ça scandalise», a justifié Guillaume Garot, député PS de la Mayenne et ancien ministre délégué à l'Agro-alimentaire, à l'origine de ces textes.

Les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés devront s'efforcer de prévenir tout gaspillage ou d'utiliser leurs invendus soit en en faisant don, soit en les destinant à la nourriture animale ou à la fabrication de compost pour l'agriculture ou une valorisation énergétique.

«Organiser la collecte»

Elles ne pourront plus rendre les invendus impropres à la consommation. Elles devront également conclure des conventions avec des organisations caritatives.

Les professionnels ont accueilli sans enthousiasme ces nouvelles dispositions. «La loi se trompe de cible et de sujet, a déploré Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération de Commerce et de la distribution. La grande distribution ne représente que 5% du gaspillage alimentaire… Nous sommes les premiers donateurs et plus de 4500 magasins ont signé des conventions avec des associations humanitaires.»

De son coté, Edouard Leclerc a souligné la nécessité d'un plan d'aide aux associations pour qu'elles s'équipent en réfrigérateurs et en camions afin d'écouler plus facilement les marchandises qui leur seront données: «C'est bien d'interdire, mais il faut organiser la collecte de l'autre côté».

Chaque Français jette en moyenne 20 à 30 kilos de nourriture par an ce qui représente 12 à 20 milliards d'euros. Le gouvernement avait fixé en 2012 un objectif de division par deux de ces gaspillages d'ici 2025.

Texte consensuel

La discussion et le vote de ces amendements se sont fait dans un climat relativement consensuel. Guillaume Garot a ainsi réussi à faire cosigner ces propositions d'amendements par des députés de l'UMP, Jean-Pierre Decool, d'EELV, Brigitte Alain et du Front de gauche, Marc Dolez. Arash Derambarsh, élu DVD de Courbevoie a salué «l'aboutissement d'un travail de terrain». Il avait réuni 200 000 signatures cet hiver «pour dire stop au gâchis alimentaire».

L'UMP Frédéric Lefebvre a cependant relevé le risque possible d'une censure de ces amendements par le Conseil Constitutionnel car ils ont été ont été introduits lors d'une nouvelle lecture et non dès la première.

Quand ces mesures anti-gaspillage entreront en vigueur «il restera néanmoins beaucoup à faire» a estimé l'élu de la Mayenne évoquant la mobilisation des collectivités locales, la formation professionnelle et la sensibilisation des consommateurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.