Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nouveau bilan édifiant sur les bailleurs sociaux

Le Figaro26/11/2014 à 13:04

La CLCV a mis en ligne de nouveaux rapports d'inspection qui montrent la mauvaise gérance des bailleurs sociaux en France : conflits d'intérêts, rémunérations litigieuses, emprunts toxiques, etc.

La lutte continue. L'association de défense des consommateurs CLCV poursuit ce mercredi son «opération transparence» sur la gestion du parc de logements HLM par les bailleurs sociaux, en révélant de nouveaux rapports d'inspection dont elle réclame, en vain, la publication régulière au ministère du Logement. À la mi-septembre, la CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie) avait publié un bilan édifiant de 51 rapports signés en 2013 par la Mission interministérielle de logement social (Miilos), chargée du contrôle des bailleurs sociaux.

Des conflits d'intérêt, des rémunérations de dirigeants non contrôlées, des contrats signés sans mise en concurrence, des emprunts toxiques contractés sur les marchés financiers sont notamment dénoncés. Et ce mercredi, l'association publie sur son site une nouvelle salve de rapports de la Miilos, soulignant les mêmes dérives, auxquelles s'ajoutent des critiques portant sur la gestion des charges, le respect des accords collectifs, les modalités d'attribution des logements sociaux ou la mise aux normes (amiante, plomb) des logements.

«Certains rapports sont particulièrement sévères, comme ceux portant sur l'OPH d'Aubervilliers, la SOGIMA à Marseille, la SEMIPFA à Villepinte ou encore la SEMISO à Saint-Ouen», pointe François Carlier, délégué général de la CLCV, auprès de l'AFP. Dans le cas de Saint-Ouen (Seine Saint-Denis), c'est 179 logements qui sont pointés du doigt pour dépassement des plafonds de loyers, des provisions de charges trop élevées - parfois supérieures à 117% des charges réelles! - ou des récupérations illégales de charges.

Tenir compte des critiques

La CLCV demande au ministère du Logement de publier «dès leur validation» ces rapports «censés être communicables à tout un chacun» - et indique n'avoir à ce jour, reçu aucune réponse. Obtenir ces rapports fut très difficile, rapporte l'association, malgré un avis positif de la Commission d'accès aux documents administratifs (Cada), alors même que la CLCV compte plus de 400 administrateurs élus par les locataires au sein des conseils d'administration des bailleurs sociaux.

En outre «la gouvernance des bailleurs sociaux est assez faible: il faut que leurs conseils d'administration adoptent des mesures pour corriger la situation, une fois que la Miilos a formulé des critiques», estime François Carlier. Une meilleure formation des CA et la possibilité de «recourir à de l'expertise indépendante» comme le font les groupes privés ou les comités d'entreprises, est aussi nécessaire, souligne la CLCV. Dans un contexte économique dégradé, où «nombre de locataires peinent à payer leur loyer», ces réformes permettraient d'améliorer la gestion des organismes et ainsi de contenir les hausses de loyers.

La CLCV espère aussi qu'un «renforcement de la gouvernance convaincra l'État de ne plus diminuer sa contribution financière à la construction de logements sociaux». Sur son site, on peut accéder aux différents rapports et leur analyse détaillée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.