Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Non, les étrangers ne font pas grimper les prix de l'immobilier parisien

Le Figaro26/06/2015 à 15:22

Les acquéreurs étrangers sont de plus en plus nombreux à Paris. Souvent accusés de faire monter les prix dans la capitale, une étude des notaires parisiens tord pourtant le cou à ce mythe.

Les acquéreurs étrangers ont rarement été aussi nombreux à Paris. Au premier trimestre, ils représentaient 9,2 % des transactions dans la capitale (contre 8,2 % l’an dernier). Un niveau inconnu depuis dix ans. Leur poids grandissant va-t-il faire grimper les prix de l’immobilier parisien? La question alimente les débats depuis plusieurs années. Les notaires parisiens viennent d’y répondre. «S’ils peuvent ponctuellement exercer un rôle déterminant sur certains segments de marché très étroits dans la capitale (comme les très grands biens de très haut de gamme ou l’hypercentre de Paris), leur présence doit être relativisée», estime une étude des notaires.

Pour parvenir à cette conclusion, ils ont étudié les différents profils des acquéreurs étrangers à Paris, ville cosmopolite (elle compte environ 15 % d’habitants étrangers), comme les autres grandes capitales mondiales. Ils ont identifié deux grands types d’acheteurs. D’un côté ceux nés à l’étranger, mais résidant en France, les plus nombreux depuis quelques années (5,5 % en 2014 contre 4 % entre 1996 et 2011). Et de l’autre, les non-résidents, achetant depuis l’étranger. Certainement les plus fortunés. Ils étaient moins de 3 % en 2014 au lieu de près de 4 % en 2008/2009.

L’envolée des prix de la pierre parisienne en 2010 semble les avoir fait fuir. «Les modestes baisses de prix depuis trois ans et une fiscalité dissuasive ont pu freiner leur retour», estiment les notaires. Mais, la baisse de l’euro si elle s’installait pourrait avoir un effet inverse», ajoutent-ils. Le nombre d’acheteur étrangers venus des zones dollar (notamment des Libanais en ce moment) et livre sterling (Britanniques) est de plus en plus significatif. Quoi qu’il en soit, ces étrangers se cantonnent sous la barre des 10%, ce qui reste bien peu pour faire basculer un marché. Par comparaison, ils représentent depuis 2010, 20% des transactions dans les quartiers les plus recherchés de Londres. Selon la presse locale, ce chiffre monterait même à 75% des transactions dans les luxueux programmes neufs.

Les Italiens historiquement les plus nombreux

Quoi qu’il en soit, les Italiens restent de loin les premiers acquéreurs étrangers de la capitale française. Leur amour pour Paris est historique. En 2009, ils représentaient même un quart de cette catégorie. On retrouve aussi les ressortissants de six autres pays (cumulant chacun autour de 5 % des acquéreurs étrangers en 2014). Mais, leur poids a évolué au fil des ans. Ainsi, les Portugais, les Algériens et les Chinois étaient plus nombreux qu’aujourd’hui à la fin des années 1990. Les Anglais et les Américains représentaient, eux, 10 % des acquéreurs internationaux au début des années 2000. En revanche, la part des Allemands est restée stable. «Depuis près de 20 ans, les Italiens, Américains et Anglais qui achètent à Paris sont majoritairement des non-résidents qui s’installent dans la capitale ou acquièrent un pied-à-terre sans y avoir déjà vécu. A l’inverse, les autres nationalités et particulièrement les Portugais et les Chinois résident en France», précise l’étude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.