Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Municipales : pourquoi les impôts locaux vont augmenter après le scrutin

Le Figaro30/03/2014 à 12:52

C'est historique: les communes augmentent les impôts locaux après une élection. Les maires nouvellement élus sont confrontés à une baisse de leurs recettes et des promesses électorales à prévoir. EN DIRECT - Le second tour des municipales

«C'est historique! Une grande majorité des communes augmente les impôts locaux l'année qui suit une élection», avance Olivier Bertaux, fiscaliste pour l'association Contribuables associés. «Les impôts locaux augmentent tous les ans mais ces hausses sont généralement plus importantes au lendemain des scrutins», précise l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire des impôts. Avant les municipales, la plupart des maires a préféré stabiliser les impôts mais leurs dotations diminuent, un effet rattrapage doit donc avoir lieu au lendemain du scrutin, explique le spécialiste.

Ainsi, en 2009, un an après les dernières élections municipales, les taux des taxes d'habitation et foncière avaient progressé en moyenne de 3,8% dans les communes de plus de 100.000 habitants. Ils avaient ensuite augmenté dans de moindres proportions pour être quasiment stables l'an passé.

infographie, impots locaux

Mais les municipalités devraient se rattraper en 2015. Certains maires ont d'ailleurs déjà annoncé des augmentations substantielles à venir. A l'image de Gérard Collomb, le maire PS de Lyon, en bonne position pour être réélu, qui a évoqué une augmentation des taux de l'ordre de 5%.

Par ailleurs, de nombreuses communes, 25 sur 90, ont annoncé qu'elles attendaient la fin des élections municipales avant d'accroître les droits de mutations, communément appelés «frais de notaire». La loi de finances pour 2014 autorise en effet les conseils généraux qui le souhaitent à faire passer de 3,8 % à 4,5 % pendant deux ans les droits de mutation que chaque acquéreur débourse lors de l'achat d'un bien immobilier ancien.

Moins de dotations de l'État

Les communes sont en effet confrontées à une diminution de leurs recettes. D'une part, la chute du volume des ventes immobilières fait rentrer moins d'argent dans les caisses des départements et des communes. D'autre part, les dotations allouées par l'État diminuent. De fait, depuis de nombreuses années, l'État transfert aux collectivités locales de nombreuses compétences comme la construction et l'entretien des routes ou les dépenses d'actions sociales. Toutefois, les dotations destinées à compenser ces transferts de compétences ne suivent pas.

Le gouvernement a en outre clairement annoncé sont intention de faire participer les collectivités locales à l'effort d'économie budgétaire de 50 milliards d'euros. L'État envisage de priver les collectivités locales de près de 10 milliards d'euros d'ici à 2017, soit environ 10% de leurs ressources.

Les maires nouvellement élus vont ainsi devoir jongler avec de moindres recettes et parallèlement des promesses électorales à réaliser. La solution la plus facile pour se libérer des marges de manœuvre réside donc dans la hausse de la fiscalité locale.

«Si certaines communes n'augmentent pas les taux des impôts locaux, elles mettent en place de nouvelles taxes, indique Olivier Bertaux. L'exemple de la taxe sur les ordures ménagères ou celles sur le balayage est édifiant. Auparavant, les commune intégrait ces dépenses dans leur budget mais aujourd'hui plus de la moitié des communes demandent aux contribuables de régler cette taxe qui peut parfois être équivalent à un quart ou même un tiers de la taxe foncière. Ainsi, un certain nombre de ménage se retrouvent aujourd'hui à payer davantage d'impôts locaux que d'impôt sur le revenu», s'indigne le spécialiste.

Et la réforme de la fiscalité locale voulue par le gouvernement ne devrait pas arranger les choses. De fait, le gouvernement a fait part de son souhait de modifier la taxe d'habitation et la taxe foncière. Les élus de tous bords s'inquiètent d'une réforme qui coûtera cher à beaucoup de contribuables.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.