Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Moins de six ménages français sur dix sont propriétaires de leur logement

Le Figaro28/02/2018 à 11:30

Le nombre de propriétaires en France a tendance à stagner par rapport à la moyenne européenne ( Crédits : Pexels )

INFOGRAPHIES - En France, le taux de propriétaires plafonne à un niveau désespérément bas, nettement inférieur à la moyenne européenne. L'envolée des prix immobiliers et la fiscalité qui pèse sur le secteur ne risquent pas de faire grimper ce faible score.

La France des propriétaires voulue par Nicolas Sarkozy n'est pas près de voir le jour. En 2007, le président de la République de l'époque s'était fixé un objectif: que 70% des ménages soient propriétaires. Onze ans plus tard, nous en sommes très loin. La France peine à dépasser la barre des 60%, alors qu'ils sont plus de 80% à souhaiter devenir propriétaires... Au 1er janvier 2017, 58% des ménages détiennent leur résidence principale, selon la dernière étude annuelle de l'Insee sur l'état des lieux de l'économie française. Une proportion stable depuis le début des années 2000. À titre de comparaison, il avoisine les 70% dans l'Union européenne, selon Eurostat. Parmi les propriétaires français, près de 38% n'ont pas fini de rembourser leur emprunt pour l'achat du logement (propriétaires accédants).

Malgré la faiblesse des taux d'emprunt, l'envolée des prix immobiliers et surtout la fiscalité (taxe foncière, réforme de l'ISF...) qui pèse sur le secteur ne sont pas de nature à convaincre les Français d'acquérir un logement. Depuis 2013, le poids du logement dans les dépenses de consommation des ménages, en valeur, est stable voire recule légèrement. En 2016, il se situe à 26,2%, soit 0,4 point de moins que trois ans auparavant.

Côté locataires, le taux s'élève à près de 40% selon l'Insee. Un chiffre bien supérieur à celui avancé par Eurostat (35,1%). Quoi qu'il en soit, le constat est le même: la France fait partie des pays européens qui comptent le plus de locataires. La moyenne européenne avoisine les 31%, selon Eurostat. C'est l'Allemagne qui affiche la proportion la plus élevée (48,3%). Après la Seconde Guerre mondiale, le pays a développé une politique de reconstruction dynamique qui a favorisé une offre de logements, en particulier locatifs. À l'inverse, on trouve en bas de classement des pays d'Europe de l'Est comme la Lituanie (9,7%) et la Roumanie (4%). La vague de privatisations qui a eu lieu après la chute du mur de Berlin a permis aux populations de ces pays d'acquérir des logements à des prix extrêmement bas sans avoir forcément recours à des prêts bancaires.

Sur les 35,7 millions de logements que compte la France, plus de 29 millions sont des résidences principales (82%). Les Français ont une légère préférence pour les logements individuels (16,6 millions) au détriment des biens collectifs (12,6 millions). Un peu moins de 60% (56%) des ménages vivent ainsi dans une maison individuelle (contre 57% en Europe). C'est en Europe du Nord qu'on trouve les taux les plus élevés (93% des Irlandais, 85% des Britanniques, 78% des Belges) et dans le Sud qu'on est le moins friand de ce type de logements (47% des Italiens, 43% des Grecs, 34% des Espagnols).

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.