Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mieux vaut acheter que louer son logement en ce moment

Le Figaro13/09/2016 à 15:02

Avec des taux d’intérêt au plus bas, acheter son logement devient rapidement plus intéressant que de le louer. Une étude publiée par Meilleurtaux.com dévoile temps qu’il vous faudra pour rentabiliser votre achat dans 37 villes de France.

Acheter n’a visiblement jamais été aussi rentable qu’en 2016, par rapport à la location. C’est ce qui ressort d’une étude publiée aujourd’hui par Meilleurtaux.com qui analyse pour la troisième année consécutive l’état de santé du marché immobilier. Dans 37 villes de France, le courtier immobilier a calculé au bout de combien de temps l’achat pourrait se révéler financièrement gagnant. En prenant en compte le prix au mètre carré, les taux d’intérêt et de la taxe foncière, mais aussi le montant des loyers, le résultat est sans appel: le temps qu’il vous faudra pour rentabiliser votre achat n’a jamais été aussi court.

Seize ans, c’est la durée moyenne qu’il vous faudra patienter pour voir rentabiliser votre acquisition d’un 30 m² en France. Cela peut paraître beaucoup pour une si petite surface, mais Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com se veut encourageante à ce sujet: «Plus la surface achetée est grande, plus vite l’achat sera intéressant». En effet, l’étude qui s’est concentrée sur les biens de 70 m² revèle que l’achat de ce type de surface se révèle plus intéressant que la location après seulement 2,5 ans. Passé ce délai, le locataire commencera à perdre de l’argent dans sa location. Alors, qu’en est-il dans les différentes villes de France?

Moins de 3 ans pour rentabiliser son achat dans 27 villes de France

Dans plus de la moitié des cités étudiées comme Orléans, Reims, Strasbourg, Rennes ou encore Grenoble, les acquéreurs d’un 70 m² devront attendre moins de 3 ans pour y trouver leur compte. A plus court terme encore dans d’autres communes comme Le Havre, Limoges ou Mulhouse où l’achat serait gagnant comparé à la location au bout d’une année seulement. Pour les plus grandes agglomérations comme Lyon, Nice, Toulon, Bordeaux, Nantes et Toulouse, il faudra patienter entre 3 et 5 ans, toujours pour l’acquisition d’une grande surface. Car si vous acheter une superficie bien moindre, la durée de rentabilisation sera plus bien longue.

Comment expliquer de tels chiffres? Selon Maël Bernier «la baisse des taux d’emprunt combinée à la faiblesse du taux d’épargne augmente l’attractivité de l’acquisition sur la location». Par conséquent, les Français davantage en capacité d’investir se tournent vers l’immobilier. Ajoutez à cela le prêt à taux zéro élargi pour les primo-accédants, ceux-ci sont donc plus enclins à se lancer dans leur rêve de propriété.

6,5 ans gagner à l’achat d’un 70m² à Paris

Même acheter à Paris devient plus intéressant que de louer! La durée pour y rentabiliser son acquisition fond comme neige au soleil. Tandis qu’en 2015 il fallait patienter environ 14,5 ans pour gagner à l’achat de son 70 m², ce délai est désormais tombé à 6,5 ans. C’est la première fois que l’écart entre Paris et les autres villes est aussi faible. Et le constat est le même par exemple à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine): la ville est passée de 16 ans de détention requise en 2015, à seulement 5,5 ans en 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.