Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Michel Sapin promet des baisses d'impôts «dans la durée»

Le Figaro18/05/2014 à 23:00

VIDÉO - Le cadeau fiscal aux plus modestes sera pérennisé en 2015, 2016 et 2017, assure le ministre des Finances, invité dimanche du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Revivez la soirée politique

«Il y a un sentiment d'injustice des Français qui n'ont pas eu d'augmentation de leurs revenus et qui se mettent à payer des impôts», et ils sont 1,8 million dans ce cas. Ce sont eux qui bénéficieront des annulations d'impôts, lesquelles «seront pérennisées jusqu'en 2017», a précisé Michel sapin, invité du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI».

Le ministre des Finances et des Comptes publics a récusé les accusations d'électoralisme. «Les feuilles d'impôts 2014 arrivent en ce moment», ce qui justifie les annonces actuelles, selon lui.

Ces exonérations de l'impôt sur le revenu coûteront pour l'État 1 milliard d'euros, qui seront financés par l'imposition et les pénalités sur les rapatriements des comptes en Suisse. Les sommes ainsi collectées ont atteint «764 millions au bout de quatre mois, ça marche du feu de dieu». Alors que Bercy avait budgété 800 millions pour 2014, «on aura donc deux fois et demie de plus que cela, ce qui correspond au 1 milliard d'euros», a-t-il démontré.

En réponse à François Bayrou, selon qui l'impôt sur le revenu devrait être un acte civique pour tous: «Je peux comprendre ce raisonnement, mais ce n'est pas adapté au contexte actuel: 30 milliards d'impôts supplémentaires ont été levés sous Nicolas Sarkozy... et 30 milliards de plus, depuis deux ans. On a atteint le bout, il faut prendre le chemin inverse en commençant par les plus modestes.»

Pourquoi la croissance est beaucoup plus forte en Allemagne? Michel Sapin rend hommage aux réformes structurelles mises en œuvre sous Schroeder à partir de 2002, tout en soulignant que depuis le «début d'année 2014, l'augmentation des salaires dans la fonction publique, dans le privé, et la perspective du smic» contribuent à doper la demande allemande. «Non, la bonne manière de faire n'est pas de diminuer le smic», ajoute-t-il.

Dépenses militaires: la loi sera respectée

Tout en soulignant que «nous devons faire 50 milliards d'économies de dépenses publiques, et on les fera», il a fait une mise au point sur «les dépenses militaires pas de même nature que les autres». Il juge les propos de Xavier Bertrand, annonçant jusqu'à 6 milliards d'économies «irresponsables, car il s'agit de la sécurité de la France». Et il ajoute: «La dépense militaire a besoin de programmation, la loi vient d'être votée et sera respectée dans ses équilibres globaux, c'est indispensable. Et derrière les programmes militaires il y a des programmes civils, ce qui a été lancé sera respecté.»

Quant à l'écotaxe, «elle est morte. Votéesous Nicolas Sarkozy, c'est un échec, un fiasco par la complexité du dispositif. Il faut (la) remettre à plat. Le dispositif n'est pas réformable.» La décision devrait intervenir dans les semaines qui viennent,«avant l'été», précise Michel Sapin.

Sur le dossier tout aussi polémique que la renationalisation des concessions d'autoroutes, Michel Sapin répond: «Elles ont été confiées dans des conditions contestables, scandaleuses, exagérément favorables pour les entreprises privées. Au moment où on arrive(ra) à la fin des concessions on remettra dans le jeu ; pas question d'accélérer le dispositif», autrement dit de procéder à des nationalisations, en revenant sur les anciennes concessions.

Alors que les estimations d'économies liées à la réforme territoriale vont de 12 à 25 milliards, le ministre des Finances se contente de rappeler l'état des lieux: «On demande aux collectivités (dans le cadre du programme global de 50 milliards d'euros) 11 milliards d'économies, on n'est donc pas loin de cette fourchette».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.