Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Matignon encadre fermement le titre restaurant dématérialisé

Le Figaro19/12/2013 à 07:00
Son utilisation sera limitée à 19 euros par jour et interdite le dimanche et les jours fériés. Deux freins à son développement.

Autorisé depuis un arrêté ministériel du 17 juin, le titre restaurant dématérialisé pourrait rester virtuel encore longtemps. Matignon a tranché mercredi au sujet du décret précisant les modalités d'utilisation des concurrents sur carte à puce ou téléphone mobile des classiques Ticket Restaurant et Chèque Déjeuner sur papier.

Ce décret, qui doit passer devant le Conseil d'État dans les prochains jours, être publié fin janvier et entrer en vigueur le 2 avril, risque paradoxalement de freiner l'essor des titres dématérialisés. Il prévoit certes une véritable avancée: le client pourra régler, jusqu'à un certain plafond, la somme exacte de l'addition. Le montant non dépensé restera crédité sur son compte.

Mais d'autres mesures sont beaucoup plus contraignantes. Le décret oblige ainsi les émetteurs de titres restaurant dématérialisés à «mettre en œuvre un blocage automatique du paiement» empêchant leur utilisation les dimanches et jours fériés. Cette mesure est conforme à la loi de 1967 réglementant les titres restaurant, mais elle est inapplicable et souvent inappliquée avec le papier: de nombreux restaurateurs acceptent les tickets le dimanche...

Le décret obligera en outre les opérateurs à paramétrer leur informatique afin de plafonner à 19 euros les dépenses quotidiennes. Rien de choquant en apparence. La règle applicable aux titres papier est de limiter l'utilisation à deux par repas. Mais elle est difficile à appliquer : il est possible d'utiliser des tickets au déjeuner et au dîner un même jour, et des restaurateurs en acceptent parfois beaucoup plus d'un coup. En fin d'année, il n'est pas rare de voir des clients écluser chez un traiteur leurs carnets pour acheter leur menu de réveillon...

FO très actif sur le dossier

«Nous sommes déçus que le principe de l'égalité de traitement entre les acteurs ne soit pas respecté, s'indigne Serge Ragozin, directeur général de Moneo, pionnier du titre dématérialisé. Il faut que les règles du jeu soient les mêmes pour tous.» Le dirigeant aurait préféré une transition en douceur, avec un rappel ferme des règles le temps de faire émerger le titre dématérialisé, qui aurait pu conquérir 75 % du marché en cinq ans. «On met des bâtons dans les roues aux entreprises qui font bouger le marché», résume-t-il.

Avec de telles contraintes, beaucoup d'entreprises risquent de rester fidèles aux titres papier. La gestion de ces derniers est pourtant une lourde contrainte pour les employeurs. En juillet, le projet de décret prévoyait simplement de rappeler que les mêmes règles s'appliquent à tous les titres, papier et virtuel. Mais pas de les faire appliquer via l'informatique aux seuls titres dématérialisés.

Les nouvelles règles bénéficieront aux quatre acteurs qui se partagent le marché du titre restaurant papier, en particulier Chèque Déjeuner (32 % du marché), une coopérative très proche de Force ouvrière. Le syndicat a été très actif auprès du gouvernement ces dernières semaines. Le titre papier garantit aux opérateurs une trésorerie importante. Les restaurateurs les conservent plusieurs semaines avant d'en réclamer la conversion sur leur compte en banque, afin de faire diminuer le taux de commission. Avec le titre virtuel, ils sont réglés en 48 heures...

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.