1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Loi Pacte : l'Etat veut réorienter l'épargne des Français vers les PME

Boursorama avec Newsgene12/09/2018 à 17:38

(Pixabay)

Dans le cadre de la loi Pacte, le gouvernement veut réorienter 5 milliards d'euros vers l'économie réelle. D'après le député Bruno Bonnell (LREM), la réforme va créer un cadre « le plus dynamique possible » pour favoriser la croissance des entreprises.

En termes d'épargne, les Français continuent d'investir dans l'assurance-vie. Ce placement rentable pour les particuliers n'est en revanche pas très productif pour l'économie, rappelle BFMTV Business ce mercredi 12 septembre. Le gouvernement espère rediriger 5 milliards d'euros de cette manne vers le capital des entreprises d'ici 2022, dans le cadre de la loi Pacte.

Rattraper 30 ans de retard

Pour Bruno Bonnell, entrepreneur et député La République En Marche (LREM), « on essaie de faire une transformation du modèle ». L'épargne « bas de laine » des Français ne rapporte en moyenne que 1,8% d'intérêt. C'est une performance peu élevée, regrette l'élu. La France accuse « 30 ans de retard » par rapport à ses voisins européens.

Il s'agit dorénavant de sortir d'une logique d'orientation de l'épargne. « Le basculement, il est dans la tête des gens, donc ça va prendre du temps », insiste Bruno Bonnell. Aujourd'hui, les fonds euros croissance représentent un encours de 2 milliards d'euros. Cet argent reste surtout investi dans des entreprises de taille intermédiaire (ETI) en Allemagne.

« L'enthousiasme de l'entreprise »

Pour y remédier, la loi Pacte va créer un cadre « le plus dynamique possible » pour favoriser la croissance des entreprises en France. « On a essayé de libérer un maximum de choses dans le cadre de notre modèle social. On ne peut pas faire n'importe quoi non plus. On ne veut pas s'aliéner des années de construction sociale syndicale », explique Bruno Bonnell.

Objectif, faire revenir en France « l'enthousiasme de l'entreprise ». Bruno Bonnell veut raviver la confiance des épargnants, y compris dans les entreprises en construction dans les territoires. « Les bases entrepreneuriales dans les territoires, il faut les consolider », insiste-il. Reste à savoir si les épargnants se laisseront convaincre.

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • surfer1
    13 septembre09:51

    M730 a raison. Le politique s'arroge le privilège de contrôler toujours plus de flux financiers et cela finit inexorablement en démagogie sur le mode open bar. On est pas sorti de l'auberge avec ce genre de mesurettes. De l'air ! Qu'on laisse le moteur économique respirer !

    Signaler un abus

  • M3366730
    12 septembre21:24

    Petit rappel : en 1973 les prélèvements en France représentaient + de 39% du PIB, en 2017 + de 57% du PIB. C'est plutôt en faisant des économies au niveau des structures régimes spéciaux, collectivités, état....... que l'on y arrivera pour donner plus de liquidité aux entreprises et salariés du privé ! Allez , un peu de courage !!!

    Signaler un abus

  • mlemonn4
    12 septembre19:17

    Quant aux incitations financières, c'est un vrai labyrinthe avec des procédures tellement alambiquées et compliquées, que cela finit par décourager les acteurs du secteur privé, ce qui n'est pas le cas du secteur public qui lui s'accapare par tous les moyens des subventions européennes au détriment du privé; quand on arrive, elles ont été déjà toutes allouées !!!!

    Signaler un abus

  • mlemonn4
    12 septembre19:13

    On dépense de l'énergie à se battre contre du vent sans jamais obtenir de réponse/solution formelle; nous sommes seuls à porter et assumer les solutions car il faut payer partout; plus aucun service n'existe, ils n'assument plus rien, même pas leurs avis ou décisions mais les impôts continuent d'augmenter. Au point désormais de travailler en direct avec la Préfecture pour faire avancer le projet de création d'emplois.

    Signaler un abus

  • m.valent
    12 septembre19:00

    Suivez le conseil si vous souhaitez perdre de l'argent.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.