Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Logement : "recul rapide" des jeunes ménages accédant à la propriété

RelaxNews22/07/2014 à 13:27

Le nombre de jeunes ménages qui accèdent à la propriété recule de manière "particulièrement rapide" Sean Locke Photography /shutterstock.com

(AFP) - Le nombre de jeunes ménages qui accèdent à la propriété recule de manière "particulièrement rapide" malgré des conditions de crédit "excellentes", en raison de la "dégradation économique générale" et du moindre nombre de prêts à taux zéro (PTZ) distribués, selon l'Observatoire Crédit Logement CSA.

"Les ménages les plus jeunes et les plus modestes ne peuvent plus rentrer sur les marchés (immobiliers), en l'absence du ticket d'entrée que le PTZ+ représentait pour eux auparavant", selon les chiffres du deuxième trimestre compilés pour ce baromètre, publié mardi.

Les "moins de 35 ans" ne représentent plus que 44,8% des accédants à la propriété, contre 52,4% en 2009, selon le baromètre, un reflux lié aussi au fait que seul 1 sur 5 de ces jeunes ménages (20,4%) a bénéficié d'un prêt de 25 ans et plus, contre près d'un sur trois (31,3%) en 2011.

Or jusqu'en 2011, les jeunes ménages avaient "nettement bénéficié de l'expansion de l'accession à la propriété", selon ces données.

Ils demeurent toutefois la catégorie la plus représentée, mais les acheteurs plus âgés progressent tous : la proportion des "35 à 45 ans" augmente à 32,7% contre 29,2% cinq ans plus tôt, celle des "45 à 55 ans" passe à 15,5% (contre 12,9%) et celle des "plus de 55 ans" augmente à 6,9% (5,5%).

Supprimé dans l'ancien depuis janvier 2012, le prêt à taux zéro a été recentré à la fois sur le neuf où les prix ont flambé, et sur les ménages modestes, pour lesquels l'achat immobilier est inaccessible sur ce segment du marché -- de fait, le nombre de PTZ+ distribués chaque année a chuté aux alentours de 40.000.

De même, les ménages les plus modestes reculent : aux deux bouts de l'échelle des revenus des accédants à la propriété, ceux qui gagnent moins de trois fois le Smic sont tombés à 37,9% du total au premier semestre, contre 41,6% en 2009, tandis que ceux qui gagnent au moins cinq fois le Smic, ont grimpé à 24% contre 19,6%.

"Les ménages qui réalisent leur projet sont donc plus aisés, mieux dotés en apport personnel", ce qui se reflète dans le recul du taux d'effort des accédants à la propriété : de 32,1% des revenus en 2012 à 28,8% l'an dernier, selon l'enquête annuelle de l'observatoire auprès des établissements distributeurs de crédit, publiée mardi aussi.

Aussi "la remontée du coût des opérations", +2,1% au premier semestre après +0,4% l'an dernier, ainsi que les évolutions des revenus des ménages, qui ne progressent que "très lentement, pèsent toujours sur la solvabilité de la demande", note l'observatoire Crédit Logement CSA.

Les taux des crédits immobiliers sont au plus bas à l'heure actuelle : à 2,80% en moyenne en juin, ils ont perdu 28 points de base depuis décembre, et n'étaient jamais descendus "aussi bas, pendant aussi longtemps", depuis la fin des années 40.

Selon l'observatoire, les conditions de crédit devraient "rester bonnes au moins jusqu'à l'automne 2014, et très probablement jusqu'au printemps 2015".

A l'automne, le gouvernement va relever les plafonds de revenus des ménages éligibles et allonger la durée de remboursement du PTZ, afin d'en distribuer deux fois plus. Il sera rétabli dans l'ancien, mais dans quelque zones rurales, et conditionné à la réalisation de travaux, ce qui risque d'en limiter la portée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.