Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement : présentation des 20 mesures en faveur de la mixité sociale

Le Figaro15/04/2015 à 14:37

La ministre du Logement vient de lancer des pistes afin d’améliorer la mixité sociale dans les quartiers. Les bailleurs sociaux sont invités à effectuer certaines démarches dès le mois de mai prochain.

Sylvia Pinel a présenté mercredi en Conseil des ministres 20 mesures en faveur de «la mixité sociale dans les quartiers», dont certaines seront inscrites dans une future loi «Égalité et Citoyenneté», attendue au parlement à l’automne. Découlant du comité interministériel du 6 mars «pour l’égalité et la citoyenneté», ces mesures visent à mieux répartir les logements sociaux dans les territoires, et à réformer leurs modes d’attribution ainsi que la «politique des loyers», a précisé le ministère.

En mai, les préfets seront incités, par instruction de la ministre, à accélérer la construction de logements sociaux dans les communes carencées au titre de la loi SRU (Solidarité et rénovation urbaine) en «s’emparant pleinement» des outils à leur disposition: droit de préemption et délivrance du permis de construire en lieu et place des élus. La loi SRU de décembre 2000 imposait, sur 2011-2013, aux communes de plus de 3.500 habitants (1.500 habitants en Ile-de-France), de construire 20% de logements sociaux - un taux relevé à 25% depuis 2014.

Selon le bilan 2011et 2013 publié mercredi, 218 communes déficitaires en France sont dites «carencées», et peuvent faire l’objet d’un arrêté de carence préfectoral. Elles sont soumises à des pénalités (multipliées par 5 depuis le 1er janvier, dans les limites de 7,5% des dépenses de fonctionnement de la commune). Aussi les aides à la pierre seront «recentrées au bénéfice des zones tendues», et la production de logements HLM sera limitée dans les quartiers où il y en a déjà plus de 50% (quartiers de la politique de la ville, quartiers du programme national de rénovation urbaine (PNRU).

Adapter les loyers au cas par cas

Dans les zones déjà «fortement pourvues en logement social», les terrains publics cédés à bas prix par l’Etat devront servir à construire des logements en accession à la propriété, ou en locatif libre et intermédiaire. Nommé par décret «délégué interministériel à la mixité dans l’habitat» dans les prochains jours, le sénateur (PS) de Savoie Thierry Repentin sera chargé de faciliter l’émergence des projets. En outre, des mesures législatives seront prises pour «renforcer la loi SRU»: les communes ne construisant pas 30% de logements PLAI (destinés aux plus modestes), parmi leur contingent de logements à construire, pourront être déclarées carencées et les arrêtés de carence pourront être pris par les préfets de région, et non plus de département, afin de dépasser les intérêts locaux.

Des financements spécifiques - à l’étude avec l’USH (Union sociale pour l’habitat) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) -, seront mis en place pour aider les bailleurs sociaux à racheter des logements privés en vue de les louer à des associations, qui prendront pour locataires des personnes démunies. En vue de «réformer les attributions de logements sociaux», les bailleurs sociaux devront réaliser d’ici fin 2015, une cartographie socio-économique de leurs immeubles (revenus, taux d’activité, de bénéficiaire des allocations logement des locataires).

Aussi afin de «tendre vers une politique d’attribution intercommunale» des logements HLM, les intercommunalités devront définir un «plan partenarial de gestion de la demande». Enfin, les préfets devront «adapter les loyers» des logements sociaux «au cas par cas», dans le but de «loger davantage de ménages à bas revenus hors des quartiers prioritaires de la Ville». Les bailleurs sociaux seront incités à expérimenter cette démarche «dès le mois de mai», avant que des dispositions législatives ne généralisent ces pratiques. Certaines de ces mesures s’inscriront dans une loi «Égalité et Citoyenneté» déposée au Parlement cet automne, et discutée au premier semestre 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.