Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement : les mesures complexes de Sarkozy

Le Figaro30/01/2012 à 22:29
Les promoteurs ne sont pas persuadés que l'augmentation des droits à construire de 30% fera baisser les prix.

En annonçant l'augmentation du COS (coefficient d'occupation des sols) de 30% et la cession de terrains constructibles de l'État, Nicolas Sarkozy poursuit deux objectifs: produire plus de logements et faire baisser leurs prix. Une nécessité car il manque 900.000 appartements et maisons en France et les ménages consacrent généralement plus de 30% de leur budget pour se loger.

Une préoccupation devenue un thème de campagne à la satisfaction des professionnels de l'immobilier. «Les candidats à la présidentielle ont pris conscience de l'ampleur du problème, ce qui n'était pas gagné il y a quatre mois», souligne Guy Nafilyan, PDG du promoteur immobilier Kaufman & Broad.

Sur les solutions proposées par le président de la République, en revanche, les acteurs du secteur se montrent plus circonspects. «Nicolas Sarkozy n'est pas allé au bout de son raisonnement, estime Alain Dinin, PDG du promoteur Nexity. Il n'a pas plafonné le prix du foncier et les prix de vente des logements. Or, aujourd'hui, avec la hausse des taux d'intérêt, la mensualité des Français, à achat équivalent, a augmenté de 14% en un an.» En clair, sans baisse des prix, il n'est pas certain qu'il y ait suffisamment d'acquéreurs solvables pour ces logements supplémentaires.

Quant à la mise en œuvre du relèvement du COS, elle soulève pas mal d'interrogations. «Les propriétaires apprécient rarement qu'on construise des immeubles plus hauts dans leur quartier, estime François Bertière, PDG de Bouygues immobilier, par ailleurs plutôt favorable à cette augmentation du COS. On risque donc d'assister à une explosion des recours contre les permis de construire.»

Terrains plus chers

Autre souci, avec des droits à construire revus à la hausse, les propriétaires de terrains vont forcément tenter de vendre leur bien plus cher. Enfin, les maires qui jusqu'ici avaient la haute main sur le COS ont toujours des moyens de s'opposer à des projets d'immeubles neufs plus haut. Surtout, les élus de gauche pas fâchés de contrarier Nicolas Sarkozy. Ainsi, lundi, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a affirmé qu'il s'opposerait à ces mesures dans la capitale.

Compte tenu de ces éléments, François Bertière trouve un peu optimistes les prévisions du secrétaire d'État au Logement, Benoist Apparu, de construire 40.000 logements supplémentaires par an. D'autant plus qu'il ne faut pas attendre que des immeubles soient surélevés. «Les propriétaires ne voteront jamais à l'unanimité un tel projet», souligne Étienne Ginot, président de l'Unis, syndicat professionnel des administrateurs de biens et des agents immobiliers.

Quant à l'accélération des ventes de terrains de l'État, tout le monde la salue. Encore faudra-t-il que ces cessions soient réalisées plus vite que par le passé. Chez Bouygues, on se souvient d'avoir gagné un concours pour construire 1500 logements au fort d'Issy-les-Moulineaux, une propriété de l'armée. Finalement, les premiers appartements ont été livrés onze ans plus tard. Compte tenu de ces éléments, il ne faut pas attendre des résultats trop rapides de ces mesures. «Elles ne porteront pas leurs fruits avant 2013», analyse Guy Nafilyan.

 

LIRE AUSSI: 

» Le logement social au coeur de la campagne de Hollande 

» Logement: Hollande veut doubler le plafond du livret A 

» Des maisons individuelles pour tous les budgets 

» Vers des logements moins chers fin 2012 

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.