Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement : les Français achètent plus petit et plus loin que dans leurs rêves

RelaxNews 31/03/2014 à 12:21

auremar/shutterstock.com

(AFP) - Pour devenir propriétaires de leur résidence principale, les Français doivent souvent faire des concessions, en s'éloignant de la zone recherchée et achetant un logement plus petit que celui de leurs rêves, selon une étude publiée lundi par le Crédit Foncier.

Six Français sur dix (61%) ayant acquis un bien immobilier affirment avoir dû faire des concessions par rapport à leur projet initial, lit-on dans cette enquête réalisée auprès de 3.700 personnes - clientes ou non de la filiale du groupe bancaire BPCE.

Une proportion qui monte jusqu'à 76% à Paris et dans certaines communes de la petite couronne, selon ce document intitulé "Parcours d'acquisition de la résidence principale: du rêve à la réalité".

Les ménages qui ont accédé à la propriété en faisant des concessions ont ainsi, le plus souvent, dû s'éloigner du lieu où ils souhaitaient acheter (21%) et acquérir un logement plus petit qu'espéré (20%), ont précisé les personnes sondées pour cette enquête, diffusée avant le Salon national de l'immobilier, du 3 au 6 avril à Paris.

Pour réaliser leur acquisition, trois personnes sur dix (29%) ont dépassé leur budget initial, en moyenne de 10%, apprend-t-on encore.

Elles ont pour ce faire augmenté la durée de leur prêt immobilier (32%), eu recours à un don ou un prêt familial (21%) "pour les plus modestes", précise le Crédit Foncier.

Les plus fortunés, eux, ont augmenté la mensualité de leur prêt (35%) ou ont ponctionné leur épargne (35%).

Si ces ménages ont consenti de tels sacrifices, c'était qu'ils souhaitaient ne plus payer de loyer à fonds perdu (41%), devenir propriétaires de leur résidence principale (41%) et aménager leur logement selon leurs désirs (40%), ont-ils expliqué.

Et dans deux cas sur trois (65%), la transaction s'est faite après avoir obtenu une baisse de prix, de l'ordre de 8%, révèle aussi l'enquête, selon laquelle environ un Français sur deux (53%) achète au bout d'un an de recherches.

Près de deux tiers (64%) des acquéreurs sont passés par un professionnel de l'immobilier pour mener à bien leur projet, tandis que 24% ont acheté directement à un particulier, indique encore l'enquête.

Logiquement, la recherche d'une maison est plébiscitée par les habitants des zones rurales - 92% des futurs acquéreurs des communes de moins de 5.000 habitants - mais aussi par 37% de ceux des villes de plus de 100.000 habitants.

Et sans surprise, acheter une maison est plébiscité par les familles nombreuses: c'est le souhait de 91% des ménages ayant trois enfants, contre 52% pour ceux qui n'en ont pas. Parmi ceux-ci, 56% cherchent une maison ancienne tandis que 44% veulent faire construire.

Près d'un Français sur cinq (19%) souhaitant acquérir son logement a dû abandonner son projet au bout d'un an de recherches. L'impossibilité d'emprunter une somme suffisante (27%), un niveau de prix jugé trop élevé (21%) ou un refus de prêt (18%) ont le plus souvent motivé cet abandon.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.