Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement : les cinq plaintes les plus courantes des habitants

Le Figaro 07/01/2016 à 16:52

En France, 76 % des plaintes liées au logement concernent le marché locatif, selon un baromètre réalisé par la Confédération générale du logement. En tête des récriminations, les problèmes de fuite et d’insalubrité.

Quelles sont les questions qui préoccupent les Français en matière de logement? Elles ne se situent ni du côté de la propriété individuelle ou de la copropriété (6 %), ni du côté de l’accession/vente (7,1 %), ni encore sur les problématiques de consommation (8,2 %)… De quoi les Français se plaignent alors? De problèmes locatifs, dans 76 % des cas, selon le baromètre 2014 réalisé par la Confédération Générale du Logement (CGL). Un pourcentage qui n’a cessé d’augmenter depuis 2009, année du premier baromètre. Le secteur locatif est en effet durement touché par la crise, et provoque des questions, des préoccupations souvent redondantes. Voici les cinq aides qui sont les plus demandées.

• Les «troubles de jouissance». Ce terme regroupe insalubrité, humidité, fuites d’eau… C’est la première chose dont se plaignent les Français (plus de 13 % d’entre eux) en matière de logement. Et c’est une valeur sûre, puisque la thématique fait partie du peloton de tête depuis cinq ans! Un chiffre qui montre que certains bailleurs rechignent à effectuer certains des travaux les plus sommaires, le plus souvent par souci d’économie.

• Le «dépôt de garantie». Le deuxième problème le plus cité est un problème pécuniaire. À 11,86 %, il a néanmoins perdu la première place du podium qu’il occupait depuis 2009. La plupart des revendications des usagers concernent la non-restitution du dépôt de garantie par le bailleur! Dans 95 % des cas, il invoque des réparations ou des travaux à effectuer après le départ du locataire, selon le baromètre de la CGL.

• Les «charges locatives». Elles sont citées dans 8,53 % des cas comme un problème. L’essentiel des demandes concerne les régularisations de charges sur les 3 ou 5 dernières années, une pratique parfaitement légale mais peu connue des locataires qui sont alors redevables au bailleur d’une somme souvent importante. Apparaissent régulièrement des demandes d’information sur les taxes des ordures ménagères (charges récupérables sur le locataire).

• Les «réparations et travaux». Un sujet «chatouilleux». Ces demandes (8,3 % des cas) regroupent les désaccords concernant les travaux et surtout à qui du propriétaire ou du locataire incombe la facture. Entre les obligations du bailleur et le devoir du locataire d’entretenir son logement, la limite est souvent floue pour les deux protagonistes.

• Les loyers. Vaste domaine! Nous avons rarement l’impression de payer un loyer au juste prix… Avec 5,12 % des plaintes, la problématique des loyers est la cinquième et dernière de ce classement. À noter toutefois: le chiffre est en baisse de 1,24 % sur 12 mois. Dans une grande majorité des cas, les consommateurs réclament des conseils sur le bien fondé d’une augmentation soudaine de leur loyer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.