Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Logement : les bureaux vacants dénoncés

Le Figaro18/03/2011 à 12:17
Un groupe d'élus PS va proposer une loi pour favoriser la reconversion des locaux professionnels, en surnombre dans la capitale, en habitation.

L'affaire de l'immeuble du groupe Axa, investi cet hiver par le collectif Jeudi Noir finalement délogé par la police, était l'exemple de trop. Christophe Careshe, député PS de Paris a décidé de passer à l'action contre les bureaux vides qu'il considère comme en partie responsables de la crise du logement dans la capitale. Soutenu par dix autres confrères, il doit déposer une proposition de loi à l'Assemblée nationale pour favoriser la transformation des locaux professionnels vacants en habitation en région parisienne. «On s'est rendu compte que certains grands groupes, comme Axa, valorisent ce type de bureaux dans leurs actifs, qu'ils soient loués ou pas ! Parfois, ils s'enrichissent sans louer plutôt que de financer une coûteuse remise aux normes. C'est une perversion qui découle de la spéculation immobilière et qu'il faut corriger», expliquait-il dans Le Parisien-Aujourd'hui en France .

Un million de mètres carrés vacants

La proposition de loi s'appuie sur une note récente de la société Immogroup Consulting intitulée «Crise du logement : la mise en accusation de l'immobilier d'entreprise». Elle montre que l'évolution de la contruction de l'immobilier d'entreprise a été ces dernières années constamment supérieure à celle de la construction de logements, en Ile de France. «Au cours de la dernière décade, le parc francilien de bureaux a crû en moyenne de près de 1,9 % par an et celui des entrepôts de 7% par an quand le parc de logements n'aura guère progressé annuellement de plus de 0,9 %... Chiffre plus révélateur encore : entre 1999 et 2009, la variation annuelle moyenne des surfaces mises en chantier a été positive de + 3,1% en bureaux, locaux d'activités et entrepôts alors qu'elle a été négative en logements (-2,7%) », affirme la note.

Une situation d'autant plus choquante pour Christophe Careshe que parallèlement «il faudrait construire 70.000 logements par an pour couvrir les besoins, liés notamment à l'arrivée de 100.000 habitants supplémentaires chaque année depuis dix ans, le rythme de construction en Ile de France est moitié moindre». La proposition de loi précise également que des millions de mètres carrés de bureaux ou d'entrepôts ne trouvent pas preneurs. C'est le cas pour 40% de la production livrée en 2010, soit 300.000 m2 qui n'ont pas encore trouvé preneur. Selon Jean-Michel Ciuch, expert à Immogroup, le stock de bureaux non occupés dépasserait un million de mètres carrés.

Taxer et inciter

Pour rééquilibrer le marché, Christophe Careshe souhaite la mise en place de taxes mais aussi de mesures incitatives. L'idée est tout d'abord d'étendre aux locaux professionnels la taxe sur les logements vacants créée en 1998 pour inciter les propriétaires a gérer leur bien de manière plus dynamique. Cette taxe serait exigée dès la deuxième année de vacance et son montant doublerait chaque année. Dans le cas de l'immeuble de l'assureur Axa, le montant de la taxe aurait représenté 80.000 euros la première année et 160.000 euros la deuxième, d'après L'express.fr.

Pour motiver les propriétaires, le texte comporte aussi un volet incitatif: «une exonération fiscale des plus-values réalisées lors de la cession d'un local professionnel aux fins de transformation en logements locatifs». Cette exonération devait surtout concernerle logement social, puisqu'elle benéficierait aux opérations comprenant au moins 80% de logements sociaux. Le député parisien ajoute qu'il souhaiterait que cette disposition soit étendue à toute la France.

Ces dispositions seront intégrées à un autre texte plus large sur le logement présenté par le Parti socialiste, et qui sera débattu en mai à l'Assemblée nationale et au Sénat.

LIRE AUSSI :

» Logement: les loyers ont augmenté de 2,5% en 2010

» L'immobilier ancien a pris 17,5% sur un an à Paris

» La flambée de l'immobilier transforme Paris en cité fantôme

» Les tours reviennent à Paris

» Les loyers ont augmenté deux fois plus vite que l'inflation

» Immobilier de bureau : la France retrouve des couleurs

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.