Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement en indivision : qui paye quoi ?

Le Figaro10/02/2017 à 18:40

Vous avez récemment hérité d’un bien immobilier ou acheté à plusieurs ? Vous êtes désormais propriétaire en indivision. Mais à qui incombe la charge des travaux ? Explications.

Les situations d’indivision sont nombreuses, notamment dans le cas d’un achat immobilier en couple ou dans l’hypothèse d’un héritage. Se pose alors la question de la répartition des charges entre les indivisaires… Il n’y a généralement pas de problème lorsque tout le monde s’entend, où lorsqu’une convention d’indivision a été rédigée pour fixer son fonctionnement. Mais en cas de séparation, ou dans le cadre d’une succession, les querelles sont nombreuses. Si les charges doivent, en principe, être payées par chaque indivisaire à hauteur de ses droits dans l’indivision, cela n’est pas toujours le cas, surtout quand le bien a été occupé par un ou plusieurs indivisaires. En cas de conflit, les comptes doivent alors être faits entre eux selon les règles édictées par les articles 815-8 et suivants du Code civil. Faute d’accord, c’est le juge qui tranchera.

» Lire aussi: SCI ou indivision, le conseil du notaire pour bien choisir

Celui qui paye les travaux peut-il se faire rembourser par les autres indivisaires?

L’indivisaire qui a fait des dépenses d’amélioration ou de conservation pour le bien indivis peut demander à l’indivision une indemnité (article 815-13 du Code civil). Le fait qu’il occupe le bien ne dispense pas l’indivision de le dédommager. En revanche, les charges liées uniquement à l’occupation privative du bien par un indivisaire ne peuvent pas être remboursées par l’indivision (eau, chauffage, taxe d’habitation).

En dehors de ces deux catégories de dépenses, le Code civil est muet. La jurisprudence en déduit que les travaux d’entretien qui ne constituent ni des dépenses d’amélioration ni des dépenses de conservation, n’ouvrent pas droit à indemnité. C’est le cas, par exemple, des petits travaux de plomberie, du changement d’un compteur électrique, de la réfection des peintures ou du changement de la moquette.

Comment se calcule le montant du remboursement?

Si un indivisaire a amélioré à ses frais l’état d’un bien indivis, l’indemnité que lui devra l’indivision sera calculée en fonction de la plus-value générée par cette dépense au moment où les comptes sont faits. Elle sera donc due au moment du partage de l’indivision, soit parce que le bien est vendu, soit parce qu’il est attribué à un indivisaire. Sont considérés comme des dépenses d’amélioration, les travaux qui apportent une plus-value au bien, comme par exemple l’aménagement d’une cave ou de combles. L’indivisaire qui a amélioré le bien devra prouver qu’il a payé cette dépense (au moyen de factures à son nom) et qu’elle a généré une réelle plus-value dont l’indivision profite.

» Lire aussi: En indivision, celui qui a les clés seul doit indemniser les autres

Si l’indivisaire a engagé des frais nécessaires à la conservation du bien indivis dans des proportions plus importantes que sa part, alors l’indemnité que lui devra l’indivision sera calculée sur la base de la dépense faite. Il pourra réclamer cette indemnité sans attendre le partage (et ce, même s’il occupe le bien). Sont considérées comme des dépenses de conservation, le coût de l’assurance du bien, l’impôt foncier, les charges de copropriété autres que celles qui sont liées à l’occupation privative par l’un des indivisaires, ou encore les mensualités de l’emprunt souscrit pour l’achat du bien (dans cette hypothèse toutefois, les règles du régime matrimonial dans le cas d’un achat en couple, peuvent faire varier l’indemnité due).

Les indivisaires sont-ils solidaires du paiement des charges?

Les charges liées à un bien indivis, hormis celles relatives à l’occupation privative éventuelle du bien par un indivisaire, constituent une dette de l’indivision. Tous les indivisaires doivent les supporter proportionnellement à leurs droits dans l’indivision (article 815-10 du Code civil). Par conséquent, il n’y a en principe pas de solidarité entre les indivisaires - qui permettrait à un créancier de demander le paiement d’une dette de l’indivision à un seul indivisaire - pour le paiement de ces charges. Seule une loi, ou une clause express peut la prévoir. Un indivisaire ne peut donc pas être poursuivi pour le recouvrement de la totalité de la taxe foncière, mais seulement à hauteur de ses droits dans l’indivision. De même, il n’y a pas de solidarité entre les indivisaires pour le paiement des charges de copropriété, sauf si le règlement de copropriété comporte une clause en ce sens ou si le lot constitue le logement de la famille, les charges constituant alors des «dettes ménagères» dont les époux ou les partenaires de pacs sont solidairement responsables tant que dure leur union (articles 220 et 515-4 du Code civil).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.