Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Logement: ce que coûte le luxe aux quatre coins du monde

Le Figaro12/05/2016 à 16:54

Selon une étude du réseau Christie’s international real estate, le ticket d’entrée sur le marché du luxe est très variable à travers le monde. Comptez un minimum de 1 à 10 millions de dollars.

Sur le créneau du luxe aussi, les tarifs font le grand écart. Pour pouvoir prétendre accéder au-dessus du panier du marché immobilier, il faut être capable de débourser au minimum 1 à 10 millions de dollars (880.000 à 8,8 millions d’euros), selon les villes que l’on vise. C’est l’une des conclusions d’une large étude que le réseau Christie’s international real estate vient de publier.

Selon ce rapport annuel, il faut compter en moyenne 2,2 millions de dollars (1,93 M€) comme premier prix pour un logement luxueux. Mais si on peut se «contenter» d’un million pour goûter à ces joies à Palm Springs, à Atlanta ou Sao Paulo, il faudra débourser au minimum 5 millions à Los Angeles ou Hong Kong, 7 millions à Londres et même 10 millions à Monaco (voir ci-dessous).

Mettre en scène ses passions

On apprend par ailleurs que ce sur ce marché bien particulier, la tendance actuelle consiste à mettre en scène ses passions en organisant son logement pour mettre en avant son goût pour le vin, l’art, la littérature ou les objets liés au sport. Christie’s relève également une tendance très «masculine» qui s’exprime sur ce créneau avec un goût prononcé pour des équipements spécifiques: salle de poker, fumoir élaboré, bar personnel sans oublier le garage destiné à exposer ses voitures.

Londres se maintient au firmament des marchés du luxe tandis que Hong Kong vient de voler la deuxième place à New York. Derrière, Los Angeles, Singapour, Sydney, Miami ou San Francisco ont connu des évolutions contrastées selon les années. Ce n’est pas le cas de Paris, qui reste tout de meme dans le top 10, mais qui est en recul dans ce palmarès passée de la 5e place en 2012 à la 9e actuellement. C’est toujours mieux que Dubaï qui s’est retrouvée éjectée de ce Top 10 par la progression de ses concurrentes.

Dernier point intéressant: les délais de vente. À Toronto, au Canada, une valeur montante où les transactions dépassant le million de dollars ont bondi de 48% en un an, les ventes de luxe sont incroyablement rapides. Elles se concluent désormais en 28 jours (contre 31 l’an passé). Par comparaison, ce délai est de 79 jours à New York... et de 165 jours à Paris. Mais la performance de Paris n’est pas si mauvaise que cela puisque Christie’s calcule qu’un bien de luxe se vend en moyenne en 195 jours à travers le monde. Et si cette période a diminué de 23% en moyenne en un an, elle a encore progressé de 25 jours à Hong Kong pour atteindre 250 jours et même de 105 jours à Londres où il faut désormais compter un record de 270 jours pour vendre sur ce genre de marché. Au vu des tarifs atteints dans ces villes, on peut cependant comprendre que ce genre de transaction mérite réflexion. Certains acheteurs continuent toutefois de se décider très vite. «Un Brésilien a ainsi acheté récemment un appartement d’environ 5 millions d’euros après une seule visite» confie Marie-Hélène Lundgreen, directeur de Belles Demeures de France (groupe Féau) affiliée du réseau Christie’s international real estate.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.