Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les ventes de surgelés reculent pour la première fois depuis vingt ans

Le Figaro02/04/2014 à 17:43

Victimes collatérales du scandale de la viande de cheval, les entreprises du surgelé ont enregistré l'année dernière une baisse de leurs ventes de 1,2% en valeur. Une première.

Un peu plus d'un an an après le scandale de la viande de cheval, le secteur du surgelé encaisse le coup. Pour la première fois depuis vingt ans, ce secteur a déploré une baisse de ses ventes de 1,2% en valeur l'année dernière, à 9,1 milliards d'euros. En volume, les ventes ont même reculé de 2,2% en 2013 par rapport à 2012, selon l'organisation professionnelle du secteur, qui regroupe 38 entreprises. C'est la consommation de surgelés à domicile, dont le chiffre d'affaires baisse de 2,8% à 5,5 milliards d'euros, et en particulier la consommation de plats préparés, qui ont tiré le marché vers le bas. En 2013, chaque ménage a dépensé 185,30 euros de surgelés en moyenne, contre 191 euros en 2012.

En réalité, le scandale de la viande de cheval a accéléré une évolution déjà constatée en 2012. Les ventes de surgelés avaient alors stagné. Surtout, les consommateurs avaient déjà particulièrement boudé les plats cuisinés, qui représentent le quart du chiffre d'affaires du secteur, selon l'institut Kantar. Une tendance que la fédération retrouve à plus forte raison cette année. «Les Français ont passé du temps à cuisiner des produits bruts, plutôt que d'acheter des produits préparés», expliquent les entreprises des glaces et surgelés. Les ventes de légumes bruts ont par exemple grimpé de 0,9% l'année dernière. Deux mois après le début du «horsegate», 72% des consommateurs interrogés par l'institut Kantar déclaraient être prêts à préparer eux-mêmes leurs lasagnes ou leurs moussakas. 60% étaient en effet déterminés à réduire leur consommation de plats préparés.

Le poisson caracole

L'effet du «horsegate» sur la consommation a été particulièrement fort pendant les semaines qui ont suivi le début du scandale. La première semaine, les ventes de plats cuisinés à base de boeuf avaient chuté de 45%. A plus long terme, les fabricants ont été diversement touchés par cette onde de choc. Findus, pourtant directement impliqué, affirmait en mai dernier que ses ventes étaient rapidement redevenues stables. La marque tablait alors sur un chiffre d'affaires en progression de 4% à 5% sur l'ensemble de l'année, au lieu des 10% prévus avant le début du scandale. Et pour cause: les produits à base de viande ne représentent que 5% de leur chiffre d'affaires et les plats préparés 10%. Les deux produits phare de Findus sont en effet le poisson et les épinards surgelés, qui connaissent globalement une forte croissance.

Nestlé, qui n'a pas été directement touché par la fraude, a en revanche décidé en octobre de fermer son unité de production de lasagnes et de hachis parmentier Maggi de Beauvais, supprimant au passage 120 postes. Selon la marque, ses ventes restaient à l'automne en recul de 25% par rapport à l'avant-crise. En mai 2013 déjà, le fabricant de lasagnes surgelées Fraisnor de Feuchy, dans le Pas-de-Calais, avait mis la clé sous la porte...

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.