Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les ventes de médicaments sans ordonnance reculent de 3% en France

Le Figaro23/01/2014 à 16:00

INFOGRAPHIE - Après quatre années de hausse, l'automédication marque un recul de 3%, en raison de la crise et de la hausse des consultations médicales pour la grippe hivernale.

L'automédication souffre. Après quatre années de hausse, les ventes de médicaments sans ordonnance ont affiché en 2013 un recul de 3%, à 2,1 milliards d'euros, indique une enquête de l'Afipa, l'association des fabricants de médicaments. Ce recul tient en partie à «la forte épidémie de grippe qui a incité les patients à consulter leur médecin et à se faire prescrire un traitement».

La baisse des ventes provient aussi du déclin de la fréquentation des officines observé l'an dernier, «lié à la crise et au développement des grandes boîtes des médicaments pour les maladies chroniques», estime Jean-François Derré, directeur associé chez Celtipharm, qui a réalisé l'étude pour l'Afipa. Cette baisse des ventes s'observe aussi pour les médicaments prescrits, en recul de 3,5%, à 25,7 milliards d'euros.

Coût supplémentaire pour la Sécurité sociale

La baisse de l'automédication, c'est-à-dire des traitements que les patients paient de leur poche sans remboursement de la Sécurité sociale, est «un danger pour l'efficience du système de soins», affirme Pascal Brossard, président de l'Afipa. Une baisse de 10% de l'automédication entraînerait une hausse des consultations de près de 6 heures par médecin généraliste et un coût supplémentaire pour la Sécurité sociale de 620 millions d'euros, souligne-t-il.

Top 10 des médicaments

Les laboratoires déjà bien ancrés sur ce marché ont encore accru leur poids en un an. Désormais, les dix premiers acteurs, à commencer par Sanofi (avec le Doliprane) et Boiron (avec Oscillococcinum), détiennent 60,5% du marché. Quant aux prix, ils n'évoluent guère. En six ans, les médicaments à prescription médicale facultative ont légèrement moins progressé que l'inflation, constate l'étude.

Sur le marché des traitements non remboursés, deux petits marchés affichent, en revanche, un «fort dynamisme et une nette croissance». Les dispositifs médicaux, marché dominé par les vernis médicaux ou les couches pour incontinents, progressent de 4,3% pour atteindre un chiffre d'affaires en officine de 622 millions d'euros. Quant aux compléments alimentaires, marché de taille équivalente, ils sont en hausse de 6,2%.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.