Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les ventes de logements neufs s'effondrent

Le Figaro15/11/2012 à 20:13
Le dispositif Scellier vient d'être prolongé de trois mois, alors que les investisseurs se font rares. Les carnets de commandes des promoteurs chutent pour le troisième trimestre consécutif. Et de plus en plus fortement.

Avec une baisse des ventes de logements neufs qui ne cesse de s'amplifier depuis trois trimestres, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) estime que son activité «entre en récession». Les ventes 2012 devraient même atteindre le niveau le plus bas depuis 1995. Les chiffres présentés hier par la FPI montrent ainsi que seules 12 255 ventes se sont conclues au troisième trimestre 2012, soit 31 % de moins que l'an dernier à la même période.

Cette baisse qui fait suite à deux autres trimestres en fort recul conduit à une diminution moyenne des transactions de 27 % sur les neuf premiers mois de l'année. Résultat: après avoir estimé boucler 2012 avec 80 000 ventes, puis 75 000, la FPI révise encore ses chiffres à la baisse avec une fourchette finale comprise entre 68  000 et 72 000 réalisations.

«Les ventes en accession, c'est-à-dire celles destinées à des propriétaires occupants, connaissent un recul assez constant autour de 7 %, souligne François Payelle, président de la FPI. Mais ce sont surtout les ventes aux investisseurs privés qui ont enregistré un véritable effondrement avec -48 % au troisième trimestre et -45 % sur les neuf premiers mois de l'année.» Entre la fin du dispositif Scellier initialement prévue en décembre et son successeur, le Duflot, dont l'intégralité des modalités n'est pas encore connue, bon nombre d'investisseurs immobiliers préfèrent attendre.

Quelles modalités pour le dispositif Duflot?

Les hésitants seront peut-être heureux d'apprendre que l'avantage fiscal du Scellier a finalement été prolongé d'un trimestre. Alors que la vente définitive devait initialement être conclue avant le 31 décembre 2012, il suffira en fait de signer une réservation avant la fin de l'année avec une vente définitive devant se conclure avant le 31 mars 2013. Une mesure qui devrait permettre une transition sans trou d'air entre les deux dispositifs.

Malgré tout, les promoteurs ne se font pas beaucoup d'illusions sur l'impact de cette mesure. Pour éviter de gonfler les stocks face à une demande déprimée, ils ont déjà réduit sensiblement le nombre de logements mis en vente. Celui-ci a baissé de 29 % au troisième trimestre, portant à près de 20 % le recul du nombre de lancements depuis le début de l'année.

Autre phénomène qui se développe: le retrait pur et simple de programmes qui ne trouvent pas d'acquéreurs. Dans bien des cas, les terrains ne sont définitivement acquis par le promoteur que s'il réussit à vendre rapidement 40 à 50 % des logements (contre 30 à 35 % auparavant). Selon François Payelle, ce serait ainsi 3 000 logements qui auraient été retirés du marché au troisième trimestre.

Pour 2013, la FPI estime que les ventes ne devraient pas être bien meilleures, se maintenant, au mieux, au-dessus de la barre des 70 000 unités. Et encore, pour y parvenir, les promoteurs en appellent à une refonte du PTZ (prêt à taux à zéro) ainsi qu'à un dispositif Duflot «pleinement efficace sur l'ensemble du territoire». Ils n'ont été que partiellement entendus puisque la zone dite «B2» (villes en secteurs moyennement tendus) vient d'être rendue éligible au dispositif Duflot, mais de manière si restrictive que la mesure devrait se montrer peu efficace.

Reste aussi à connaître le plafond des loyers pris en compte par ce dispositif Duflot. Il devrait être fixé par décret avant la fin de l'année et la FPI espère bien qu'il sera «réaliste».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.