Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les vendanges en Champagne des cépages oubliés

RelaxNews20/09/2015 à 11:12

Des vignes historiques à la maturation tardive et aux rendements incertains, il ne reste que quelques parcelles, la plupart dans l'Aube. (AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI)

(AFP) - Face à la domination presque sans partage des vignes de pinots et de chardonnay en Champagne, quatre autres cépages aux noms sortis d'un grimoire moyenâgeux font de la résistance, notamment dans l'Aube, où ils bénéficient des effets du réchauffement climatique.

Ils s'appellent arbane, petit meslier, fromentot et blanc vrai, quatre cépages ancestraux de raisins blancs autorisés par l'AOC champagne mais relégués aux oubliettes de l'oenologie par les vignerons qui leur ont préféré les pinots noirs et meuniers et le chardonnay, bien plus constants dans leurs qualités et leurs rendements.

Après le phylloxera et la Grande Guerre qui décimèrent le vignoble de Champagne jusqu'alors riche de nombreux cépages, les espèces les plus adaptées se sont imposées. Des vignes historiques à la maturation tardive et aux rendements incertains, il ne reste que quelques parcelles, la plupart dans l'Aube qui n'occupent que 0,3% des 34.000 hectares dont sont issus les raisins du vin des rois.

"Si ces cépages ont été oubliés, ce n'est pas pour rien. C'est vrai qu'ils sont fragiles et une année sur cinq ils sont verts mais c'est mon devoir d'entretenir ce patrimoine, de préserver la biodiversité et d'essayer de  tirer le meilleur de ces raisins", affirme Michel Drappier, viticulteur à Urville (Aube), qui leur a réservé quelques ares en appellation bio dans ses meilleurs coteaux.

Alors que la vendange 2015 s'avère exceptionnelle après un été caniculaire, ses 50 ares d'arbane vont produire l'équivalent de 5.000 kilos à l'hectare soit 3 fois moins que le rendement agronomique des pinots noirs. 

 

- Grappes plus grosses, plus saines - 

"L'arbane est né dans l'Aube probablement apporté par les Romains. Mais son origine reste un mystère, l'étude de son génome n'a pas pu révéler sa filiation", remarque le vigneron qui avoue un faible pour ce cépage.

Chaque année, il assemble à parts égales ses meilleurs crus d'arbane, de petit meslier, de blanc vrai avec le classique chardonnay pour produire environ 3.000 bouteilles de sa cuvée Quattuor (quatre en latin) dont les saveurs tendues et minérales évoquent les fleurs blanches et les agrumes.

Les maisons Moutard dans l'Aube ou encore Tarlant dans la Marne élaborent également des cuvées à base de ces cépages historiques. Un marché anecdotique pour ces vins aux accents d'antan, mais qui tend à se développer auprès des amateurs de produits "authentiques" à l'image de l'engouement pour les "légumes anciens", topinambours, panais et autres crosnes.

"La vigne est une plante méditerranéenne, elle a besoin de chaleur et l'augmentation des températures due au changement climatique améliore pour la Champagne la qualité de nos vins y compris ceux issus de nos vieux cépages capricieux qui ont peut-être de ce fait un bel avenir", remarque Michel Drappier.

Selon lui, les étés particulièrement chauds et secs profitent à l'arbane et au petit meslier qui ont besoin d'un maximum de soleil pour concentrer leurs sucres.

Au Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), on surveille de très près les effets du réchauffement climatique sur le vignoble, avec un constat net: "Pour le moment c'est totalement bénéfique", constate Dominique Moncomble directeur technique du CIVC.

"Depuis les années 90, on observe une précocité de la floraison et des vendanges d'environ deux semaines", souligne-t-il.

Les grappes sont ainsi plus grosses, plus saines avec des taux d'alcool en progression de près d'un degré à la faveur d'une maturation décalée vers des journées estivales plus longues. Des teneurs en CO2 atmosphérique plus élevées améliorent aussi l'efficience de la photosynthèse.

"On élabore des scénarios pour l'avenir en tenant des évolutions possibles du climat, et dans ce contexte les cépages dits +oubliés+ au-delà de leur côté patrimonial méritent notre attention. Ils pourraient être intéressants pour la Champagne pas dans un futur proche", estime M. Moncomble.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.