Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les taxes sur les résidences secondaires s'envolent

Le Figaro20/02/2018 à 10:33

Après Paris, Nice et Bordeaux vont gonfler dès cette année la surtaxe d'habitation pesant sur les résidences secondaires. Les élus souhaitent pérenniser cet impôt, menacé par la disparition de la taxe d'habitation sur lequel il s'adosse.

La question est lancinante depuis des mois: avec quelles ressources les finances publiques compenseront-elles la disparition progressive de la taxe d'habitation? Comme les révèlent Les Échos dans une enquête publiée ce mardi, bon nombre de communes ont déjà décidé de gonfler au maximum la surtaxe d'habitation pesant sur les résidences secondaires. Suivant la voie ouverte par la capitale, qui en fait une arme contre la prolifération des locations touristiques de type Airbnb, bien des municipalités espèrent de la sorte trouver de nouvelles recettes fiscales.

» LIRE AUSSI - La taxe sur les cabanes de jardin devrait encore augmenter

Alain Juppé souhaiterait ainsi faire bondir cette surtaxe à Bordeaux pour en faire passer le taux de 20% à 50%, selon le quotidien économique, tout près du maximum de 60% autorisé par la loi de finances 2017. À Nice, Christian Estrosi l'a déjà devancé, en obtenant aisément en conseil municipal le triplement de cette taxe à 60%. Sur la côte basque, Saint-Jean-de-Luz est déjà passé à 40% et Toulouse se pencherait actuellement sur la question.

» LIRE AUSSI - «Bordeaux connaît une vraie pénurie de logements à la location»

Si la mesure a été portée à l'origine par Anne Hidalgo qui a immédiatement porté ce taux à 60% dès la fin 2016, rapidement suivie par Montreuil-sous-Bois, il n'y a pas aujourd'hui de clivage politique dans l'application de cette mesure. Les communes qui mettent en place ces augmentations brutales soulignent que c'est leur façon de lutter contre le fort développement du nombre de résidences secondaires dont la vocation principale consiste à servir de locations touristiques. Mais elles reconnaissent volontiers que c'est une nouvelle source de recettes dans un contexte difficile. Ce n'est pas un hasard si un groupe d'élus parisiens et bordelais comptent convaincre Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, de pérenniser cette taxe. Dans la mesure où elle s'appuie sur la taxe d'habitation, cette surtaxe serait condamnée à disparaître avec la suppression définitive de la taxe d'habitation en 2020.

Contestation chez les propriétaires

Et pendant que des élus militent pour, des propriétaires s'unissent pour dénoncer cette fiscalité en folie. C'est le cas à Saint-Nazaire ou s'est constituée l'association «Les pigeons de Saint-Nazaire» selon les Échos. Elle dénonce l'approche purement opportuniste de ce triplement de la taxe frappant les résidences secondaires, sachant que c'est un petit marché sur cette commune et que l'on ne peut y parler de spéculation. Une façon de montrer que cette taxe devrait frapper indistinctement les «vraies» résidences secondaires et celles qui sont purement locatives. Un vrai risque de retour de bâton qui pourrait détourner les investisseurs des communes les plus chères.

61 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 23425c
    28 février09:45

    On lit que les taxes sur les résidences secondaires s'envolent mais on n'a aucun chiffre.Quel est le montant de la taxe résidence secondaire à Paris pour 50M2 par exemple ? Ou quel est le montant de la taxe residence secondaire pour une maison de 100 M2 en Seine et Marne ?

    Signaler un abus

  • lberger4
    22 février12:24

    Il ne fait pas bon d'avoir une résidence secondaire !!!! Le marché immobilier va être déséquilibré par un grand nombre de ventes, déjà dans certaines provinces le marché est en crise.

    Signaler un abus

  • d.contan
    21 février11:03

    les taxes servent à financer l'immigration illégale...on nous demande pas notre avis mais il faut un r.i.p

    Signaler un abus

  • d.contan
    21 février10:59

    REM parti pro soros ...soros le speculateur qui avait fait tomber la livre sterling dans les années 90 et qui va sa fondation avec l'open society finance la destabilisation des pays européens en semant le chaos

    Signaler un abus

  • nayara10
    21 février10:50

    On réinventent les pays de l'Est.Attention et informez vous ,sur l'époque du communisme ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.