Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les taux des crédits immobiliers toujours plus bas

Le Figaro07/04/2015 à 18:48

Nouveau record historique. Les emprunteurs se sont endettés à 2,11 % en moyenne en mars, contre 2,21 %. Les primo-accédants reviennent sur le marché immobilier.

Les taux des crédits immobiliers ont touché un nouveau plancher historique en mars. Les emprunteurs se sont endettés le mois dernier à 2,11 % en moyenne (hors assurance), contre 2,21 % en février, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA. Ce recul est d'une ampleur comparable sur l'ensemble des marchés: dans le neuf, les taux étaient de 2,16 % en mars (contre 3,08 % en décembre 2013), dans celui des travaux, ils s'établissaient à 2,06 % (contre 3,12 %) et dans l'ancien, ils étaient de 2,11 % (contre 3,08 %). Tous les prêts sont désormais souscrits à un taux inférieur à 3,5 %. Et seuls 1,5 % d'entre eux sont souscrits à un taux variable (plus bas niveau depuis le début des années 2000). La durée d'emprunt reste stable (17,4 ans, soit six mois de plus qu'à l'été 2014).

Fort gain de pouvoir d'achat

«La seule baisse des taux intervenue depuis fin 2013 équivaut à un recul des prix de 9 % dans l'ancien et de 8,5 % dans le neuf», souligne l'étude de Crédit Logement. Ce qui dynamise le marché. «La baisse des taux contribue maintenant à l'accélération de la reprise des marchés immobiliers», commente l'observatoire. «Elle s'appuie toujours sur la baisse du coût des ressources et sur la volonté des banques de redynamiser la demande». Résultat, au premier trimestre, le nombre de prêts accordés a bondi de 22,5 % par rapport aux trois derniers mois de 2014 (mais ce nombre reste en baisse de 2,2 % par rapport à mars 2014).

Les primo-accédants, grands absents du marché immobilier ces derniers années, sont désormais un peu plus nombreux à devenir propriétaires, selon l'Observatoire et d'autres professionnels de l'immobilier. «Dans nos dossiers acquisitions, près de 7 dossiers sur 10 concernent aujourd'hui des primo-accédants», souligne Maël Bernier, chez le courtier Meilleurtaux. Dans le réseau d'agences Guy Hoquet, ceux qui deviennent propriétaires pour la première fois ont été à l'origine de 35 % des transactions enregistrées au premier trimestre, contre 31 % l'an dernier. En 2011, ils représentaient encore 40 % des transactions, contre 18 % pour les investisseurs, tombés en ce début d'année à 11 % des ventes.

Les aides toujours nécessaires aux primo-accédants

Outre les taux bas, les primo-accédants bénéficient aussi des «soutiens publics qui se sont amplifiés depuis un an (NdlR: réforme du PTZ...)», ajoute l'observatoire. Selon une étude CSA pour Guy Hoquet, 61 % d'entre eux ont bénéficié d'un dispositif d'aide (prêt à taux zéro, prêt d'épargne logement, prêt conventionné...), tandis que 87 % ont eu recours à un emprunt et 68 % avaient un apport personnel. Ils ont acheté un logement de 164.000 euros en moyenne (223.000 euros en région parisienne, 135.000 euros dans des communes comprises entre 2000 et 20.000 habitants, 166.000 dans les grandes villes). Parmi eux, plus d'un sur deux (55 %) estime ne pas avoir «acheté au meilleur prix», mais neuf sur dix (92 %) se disent «satisfaits» de leur logement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.