Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les tarifs du gaz augmenteront de 2% dès samedi pour les particuliers

RelaxNews28/09/2012 à 14:01

Eric Gevaert/shutterstock.com

(AFP) - Les tarifs du gaz vont augmenter de 2% dès samedi, malgré un nouveau désaccord entre le gouvernement et le gendarme du secteur, qui estime qu'ils auraient dû progresser de 6,1%, ouvrant la voie à un probable nouveau recours du groupe gazier GDF Suez ou de ses concurrents.

Les nouveaux barèmes publiés vendredi au Journal officiel confirment la décision annoncée il y a une dizaine de jours par le gouvernement Ayrault de limiter la hausse du gaz à 2% pour les particuliers et les petits professionnels, sans respecter les textes officiels qui prévoient que les tarifs de GDF Suez reflètent ses coûts d'approvisionnement et d'acheminement.

En vertu de ces règles, GDF Suez avait demandé une augmentation d'environ 7%.

Le gouvernement a donc une nouvelle fois passé outre l'avis du gendarme du secteur, la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui a souligné dans une délibération également parue au JO que les tarifs réglementés des particuliers auraient dû augmenter cette fois de 6,1%.

La commission a étrillé au passage la décision du gouvernement, en rappelant "que l'insuffisance de la couverture des coûts de GDF Suez par les tarifs réglementés de vente est de nature à perturber le bon fonctionnement des marchés du gaz naturel".

En effet, "des tarifs réglementés fixés trop bas constituent une barrière à l'entrée des fournisseurs alternatifs sur le marché du gaz et limitent leur capacité à faire des offres de marché plus compétitives que les tarifs réglementés de vente, pour le bénéfice du consommateur final", a souligné l'autorité.

De plus, "à long terme, les incertitudes pesant sur les tarifs de vente fragilisent la sécurité d'approvisionnement de la France: le manque de visibilité sur le marché de détail n'incite pas les acteurs à développer leur activité, et notamment leur capacité d'import vers la France", a insisté la CRE.

En revanche, les industriels et autres grands consommateurs, qui avaient subi des augmentations plus fortes depuis un an, bénéficieront quant à eux de tarifs en hausse de 0,6%, voire en baisse de 0,3 à 1,9% selon les catégories d'abonnements, grâce à l'application d'une formule de calcul inchangée.

En limitant de nouveau la hausse des tarifs de GDF Suez, le gouvernement court le risque d'un nouveau recours de l'opérateur historique ou de ses concurrents regroupés au sein de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode).

Ces derniers pourraient attaquer en référé l'arrêté gouvernemental, sachant que cette hausse modérée risque de leur faire subir un préjudice important, puisqu'il s'appliquera en plein début de la saison froide.

GDF Suez, qui a déjà attaqué avec succès la limitation de ses tarifs fin 2011 par l'ancien gouvernement (et va bénéficier à ce titre d'un rattrapage dans les mois qui viennent), et a également déposé un recours contre la hausse limitée intervenue en juillet, pourrait aussi se retourner à nouveau vers la justice.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe a cependant indiqué qu'aucune décision n'avait été prise pour le moment à ce sujet.

Les prix du gaz vont ainsi augmenter pour la deuxième fois en trois mois pour les ménages, après une précédente hausse de 2% le 20 juillet. Une autre de 4,4% avait été appliquée par l'ancienne majorité UMP en janvier.

Ces augmentations en série, bien qu'inférieures aux montants jugés nécessaires par GDF Suez et l'autorité du secteur, contredisent les déclarations du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui avait dit cet été vouloir limiter la hausse du gaz et de l'électricité au niveau de l'inflation, laquelle tourne autour de 2% sur un an.

Pour sortir de ces bras de fer quasi-permanents avec GDF Suez, le gouvernement entend modifier les règles de fixation des prix du gaz, en revoyant la formule de calcul et/ou le calendrier de révision.

Le sujet sera abordé dans le cadre de la discussion au Parlement de la loi sur le "bonus-malus" du gaz et de l'électricité, qui prévoit par ailleurs l'extension des tarifs sociaux de l'énergie de quelque 1 million de foyers actuellement à 4 millions de ménages, soit environ 8 millions de personnes.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.