Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les seniors tirent la croissance de l'e-commerce

Le Figaro 16/05/2013 à 21:16
INFOGRAPHIE - La progression du marché ralentit. De nouveaux clients vont lui permettre d'atteindre 50 milliards d'euros en 2013.

La France est entrée en récession, pas son ­e-commerce. Les ventes en ligne ont augmenté de 14 % au premier trimestre, à 12,1 milliards d'euros, selon la Fédération du ­e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Une hausse un peu plus faible qu'au premier trimestre 2012 (+ 19 %).

Si la croissance du e-commerce est moins vive, elle reste porteuse pour les entreprises, qui, de la grande distribution à la mode en passant par les biens culturels, high-tech ou les voyages, y réalisent une part croissante de leurs chiffres d'affaires.

Des géants comme Amazon et C-discount continuent de caracoler en tête des sites de e-commerce les plus visités en France. Mais de nombreux acteurs, plus petits ou issus du commerce ­traditionnel, se lancent tous les jours. Au premier trimestre, le nombre de sites marchands actifs ainsi a augmenté de 18 %: 19.000 nouveaux marchands sont ainsi partis à l'assaut du Web. «Deux sites se créent par heure en France», résume Marc Lollivier, délégué général de la Fevad. 10.000 nouveaux emplois ont ainsi été créés en 2012. Et 86 % des sites prévoient de recruter encore en 2013.

Baisse des ventes de vêtements en ligne

Côté consommateurs, la force d'attraction du e-commerce ­opère toujours, malgré la réduction du pouvoir d'achat. Sur les trois premiers mois de l'année, ils ont été, selon Médiamétrie, 32,6 millions à dépenser en ligne, soit 5 % de plus que l'année dernière.

De nouveaux clients se lancent, notamment chez les seniors, ou les «Silver Surfers», comme les appellent galament les professionnels du Web. «On aurait pu craindre que l'augmentation des achats chez les 65 ans et plus soit entamée par la crise, explique Marc Lollivier. Il n'en a rien été. Au contraire, ils ont été nombreux, ce qui fait de cette classe d'âge un bon relais de croissance.» Le nombre de cyberacheteurs de plus de 65 ans a progressé de 27 % sur le premier trimestre.

Les CSP + et les 25-49 ans restent majoritaires, mais le nombre des 50 ans et plus qui achètent en ligne a progressé, depuis quatre ans, deux fois plus vite que celui des cyberacheteurs tous âges confondus.

Le comportement d'achat en ligne évolue. Le panier moyen par transaction a ainsi atteint un ­niveau historiquement bas au premier trimestre, à 85 euros, en baisse de 4 % sur un an. Ce recul n'est pas forcément un reflet de la crispation de la consommation.

Dans le même temps, la fréquence d'achat est en effet passée de 4,8 à 5,5 achats par trimestre et par personne. Au total, le montant moyen dépensé par acheteur est passé de 427 à 467 euros, en croissance de 9 %.

Cette multiplication du nombre de transactions est sans doute ­tirée par l'essor des achats sur smartphone ou tablette, qui représentent déjà 10 % des ­commandes. Ce «m-commerce», en vogue pour les achats de billets de train et d'avion ou de vêtements, constitue un relais de croissance pour les sites: les plus offensifs y réalisent déjà 5 % de leurs ventes. Un chiffre qui a doublé en un an. Au niveau mondial, d'ici à 2015, la moitié des ventes sur Internet pourrait se faire via téléphones ou tablettes.

La croissance toujours aussi forte du nombre de sites de ­e-commerce et de places de marché fragilise la situation des 40 leaders du e-commerce. Leur croissance s'est ainsi limitée à 2 % au premier trimestre. Cette évolution est fortement impactée par le secteur de l'habillement, en recul de 7 % par rapport au premier trimestre de l'an passé.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.