Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les retraites des députés rabotées de 8% dès 2011

Le Figaro20/10/2010 à 22:51
Le président de l'Assemblée a dévoilé mercredi les axes de la réforme du régime spécifique des députés, souvent décrié car très avantageux.

Les députés vont renoncer à leur avantageux système de retraite. En juin dernier, à la veille de la présentation du projet de réforme globale des retraites, le ministre du Travail Eric Woerth avait exhorté les parlementaires à accepter, eux aussi, de rogner leurs avantages acquis. C'est aujourd'hui quasiment chose faite.

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP) a dévoilé mercredi les axes de la réforme du régime spécifique des députés en annonçant une mesure symbolique: la baisse de 8% au 1er janvier 2011 de leur pension.

La modification du «Service de pension-vieillesse des anciens députés» a été approuvée à l'unanimité par les membres d'un groupe de travail interpartis mis en place en juin, a déclaré à quelques journalistes le président de l'Assemblée. Elle doit encore être validée par le bureau de l'Assemblée, le 27 octobre. «Je souhaite que l'ensemble de ces mesures fasse l'objet d'un large consensus», a insisté Bernard Accoyer.

Ces dernières semaines, ont fleuri sur les blogs et les sites internet articles ou pamphlets fustigeant «les privilèges» des députés, accusés de vouloir «s'exonérer» de la réforme qu'ils ont votée mi-septembre. Pendant les débats sur cette réforme, les députés Verts avaient, en vain, plaidé pour inscrire celle du régime de pension des députés dans ce cadre. «Il n'est pas imaginable que les parlementaires ne participent pas à l'effort général», a déclaré mercredi Jean-Marc Ayrault (PS).

«Veiller à ce que la diversité socio-professionnelle soit préservée»

La réforme du régime autonome de retraite des députés, mis en place en 1904, «intégrera évidemment», selon Bernard Accoyer, la réforme en cours, qu'il s'agisse de l'âge de liquidation de la retraite (62 ans), du taux de cotisation (10,55%) ou du nombre d'annuités requises (41 ans en 2012 puis 41 ans et demi) pour l'obtention d'une pension sans décote.

A partir de la prochaine législature, en 2012, sera par ailleurs supprimée la double cotisation obligatoire qui permet à un député de toucher -à partir de 60 ans actuellement- une allocation vieillesse de 1.500 euros net pour cinq ans de mandat et de 6.000 euros après 20 ans de mandat. Ce système permettait d'atteindre 37,5 annuités en 20 ans.

Mais pour «compenser partiellement» le caractère parfois précaire d'une carrière de député, le bureau s'apprête à instituer un système -facultatif- de «compensation pour défaut de déroulement de carrière», qui permettra à chaque député, s'il le souhaite, de cotiser double (à 10,55%) pendant ses deux premiers mandats, soit 10 ans.

«Il s'agit de veiller à ce que les citoyens qui choisissent de devenir des élus de la Nation n'abandonnent pas ce projet pour des raisons matérielles. Il faut veiller à ce que la diversité socio-professionnelle de l'Assemblée soit autant que possible préservée», insiste Bernard Accoyer. Sous-entendu : que les fonctionnaires ne soient pas sur-représentés au Palais-Bourbon, où la durée moyenne des mandats est de 7 ans.

La retraite suspendue pour un député devenu ministre

Outre la baisse de 8% au 1er janvier 2011, le montant maximal de retraite des anciens députés sera, à compter de 2012, «abaissé dans le nouveau dispositif»: il sera plafonné à 75% du revenu d'activité (pour le régime de base) ou à 90% du revenu d'activité (s'ils optent pour la cotisation facultative).

Le taux de réversion en faveur du conjoint survivant (actuellement de 66%) devrait par ailleurs être ramené au niveau des régimes complémentaires (60%). Le versement de la retraite parlementaire pour tout député devenant ministre sera «suspendu» pendant tout le temps où il est au gouvernement.

La retraite mensuelle moyenne d'un député est de 2.700 euros (4.400 pour un sénateur).Le Sénat a lui aussi décidé la semaine dernière de modifier son régime spécifique de retraite.

LIRE AUSSI :

» DOSSIER SPECIAL - Les enjeux de la réforme des retraites

» Réforme des retraites : ce qui va changer pour vous

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.