Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les restaurateurs parisiens lancent un nouveau doggy bag

Le Figaro11/12/2015 à 06:00

La ville de Paris, associée à une centaine de restaurateurs du Synhorcat, propose depuis ce jeudi aux clients de repartir avec leurs restes dans un nouvel emballage hermétique créé par TakeAway.

Pour limiter le gaspillage alimentaire dans les restaurants, la Ville de Paris et les restaurateurs affiliés au Synhorcat-GNI (syndicat des cafetiers, hôteliers, restaurateurs) ont lancé ce jeudi l'opération «la box anti-gaspi», autrement appelé «doggy bag», dans une centaine de restaurants volontaires. Mis en place par TakeAway et distribué par Elior et TakeAway, cet emballage coûte 40 centimes et est distribué pour l'instant gratuitement.

Une initiative aussi bien accueillie par les restaurateurs que leurs clients. «Nous nous sommes engagés dans une démarche de développement durable avec la mairie de Paris, Elior, TakeAway et l'association Bon pour le climat à sensibiliser nos clients sur le gaspillage alimentaire, indique Fabrice Martinez gérant du Petit Choiseul à Paris dans le IIème arrondissement. Quand on voit qu'ils n'ont pas fini leur plat, nous leur proposons de repartir chez eux avec leurs restes, s'ils le désirent bien entendu». La pudeur ou la peur de passer pour un radin limitent les Français à demander un «doggy bag» alors que cela est pratique courante outre Atlantique. Cette opération a pour but de désinhiber ces clients et diminuer le gaspillage alimentaire. Une loi destinée à le limiter, un combat lancé par Guillaume Garot en 2013, vient d'ailleurs d'être votée à l'unanimité ce mercredi à l'Assemblée nationale.

60 % des clients ne finissent pas leur assiette

Les équipes du Petit Choiseul qui servent une cinquantaine de couverts au déjeuner ont déjà eu deux demandes de clients pour avoir ce nouveau «doggy bag». «Un nord-américain a voulu remporter le reste de son entrecôte, raconte Fabrice Martinez. Un français qui avait pris la formule entrée, plat, dessert a calé sur le fondant au chocolat, le meilleur d'Europe, ironise le patron. Il était très content qu'on lui propose de le déguster chez lui».

Une fois rentrée dans les mœurs, cette opération devrait connaître un franc succès. En Ile-de-France, «près de 60 % des habitants déclarent ne pas finir leur assiette au restaurant. Ils sont 75% à affirmer être prêts à utiliser un sac à emporter, aussi appelé doggy bag, pour consommer plus tard ces produits», selon la Ville de Paris.

Cette opération permet aussi d'attirer l'attention des équipes de restauration contre le gaspillage alimentaire. «Les biodéchets constituent ainsi le troisième gisement des déchets collectés dans la capitale (30%)», souligne la ville de Paris.

Côté juridique pas de crainte à avoir pour les professionnels. «Notre responsabilité s'arrête à partir du moment où le repas est remis au consommateur, précise Fabrice Martinez. Rien ne s'oppose à ce qu'il emporte ce qu'il n'a pas consommé et ceci sans étiquetage de traçabilité obligatoire sur le contenant». D'ici à ce que certains clients repartent avec leur bouteille de vin ou d'eau à moitié pleine, il n'y a qu'un pas!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.