Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les réservations ne font pas recette le soir du 31 dans les restaurants

Le Figaro29/12/2015 à 18:38

A deux jours de la Saint-Sylvestre, les restaurateurs parisiens ne sont pas à la fête : les réservations pour le soir du 31 décembre s'effondrent, confirmant la forte baisse de fréquentation liée aux attentats du 13 novembre.

«On prend très cher, aux alentours de 50% de moins», constate Alain Fontaine, président de la commission des maîtres restaurateurs au Synhorcat (syndicat des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs), interrogé par l'AFP. «C'est la tendance que l'on a depuis les attentats, entre -40% et -50%, et qui se confirme sur les points forts: réveillon du 24, jour de Noël, réveillon du 31 et jour de l'An», ajoute-t-il, expliquant que ce «net effondrement des réservations» est la conséquence du «climat parisien» après les attentats.

Depuis les attaques du 13 novembre, qui ont tué 130 personnes à Paris et Saint-Denis, divers secteurs liés au tourisme ont subi une baisse d'activité dans la capitale: hôtels, grands magasins, bateaux-mouches... Le trafic des aéroports parisiens de Roissy et d'Orly a également accusé le coup.

Les restaurants n'échappent pas à la règle, avec «une clientèle étrangère vraiment en baisse», notamment les Américains et les Japonais, nombreux à annuler leurs vacances de fin d'année à Paris, quand les touristes européens les ont plutôt maintenues, en particulier les Allemands, les Espagnols et les Italiens, précise M. Fontaine.

Beaucoup de touristes fortunés, qui composent une bonne partie des réservations dans les restaurants au Nouvel An, manquent à l'appel. En témoigne la fréquentation en berne des palaces parisiens. Le Plaza Athénée affiche un taux d'occupation de seulement 65%. «C'est la première fois depuis quinze ans que nous ne serons pas complets la nuit du 31 décembre», constate amèrement son directeur François Delahaye, auprès de l'AFP.

Ces défections ne sont pas compensées par les Parisiens, qui vivent dans «un climat anxiogène (...) qui fait que les gens vont hésiter à sortir le 31», souligne M. Fontaine, du Synhorcat.

Une année «à oublier»

«Habituellement, le 31 décembre, tous les restaurants qui sont ouverts font le plein de clients», mais «les Parisiens évitent ce genre de rassemblement depuis les attentats», confirme Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil.

Seuls les restaurants renommés s'en sortent un peu mieux, comme ceux d'Alain Ducasse au Plaza Athénée, qui affichent complet pour la nuit de la Saint-Sylvestre.

A Paris, la chute de fréquentation observée depuis mi-novembre concerne surtout le service du soir, avec -40% à -70%, selon Gira Conseil. «En province, le recul est de 5% à 10%», signale par ailleurs M. Boutboul à l'AFP.

«J'étais avec des restaurateurs de Strasbourg, c'est un peu dur pour eux cette année parce que le marché de Noël s'est terminé le 24 décembre», atteste M. Fontaine. Abrégé d'une semaine, ce marché a lui aussi enregistré une légère baisse de fréquentation.

«Tout cela va nous coûter très cher», poursuit le patron du Mesturet, à Paris, qui prévoit une baisse de 18% de l'activité en décembre, soit 50.000 euros de recettes en moins.

Les cabarets et leurs dîners-spectacles sont aussi affectés, à commencer par le Moulin Rouge, qui a perdu 30% de ses clients depuis les attentats et jusqu'à peu de jours avant Noël. «Depuis une semaine, on sent une reprise», déclare une porte-parole, mais la fréquentation pendant les fêtes est quand même en baisse de 20%.

«On était en train de faire notre meilleure année», déplore-t-elle, avec un taux de remplissage de 98% avant le 13 novembre, qui laissait entrevoir un chiffre d'affaires record, supérieur aux 65 millions d'euros réalisés en 2014.

«L'année 2015 sera à oublier», tranche M. Fontaine. «On l'a commencée avec les attentats, on l'a finie avec les attentats, avec un été qui a été extrêmement chaud sur Paris», poussant les habitants à quitter la capitale.

Pour se réconforter, les restaurateurs peuvent compter sur «des prévisionnels plutôt bons» pour janvier, qui «serait plutôt à la normale», indique-t-il.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.