Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les prospectus et catalogues seraient bientôt plus taxés

Le Figaro23/11/2012 à 15:22
Le gouvernement devrait annoncer une augmentation de 25% de l'éco-taxe sur les courriers publicitaires avant Noël, selon RTL. La mesure pourrait être mise en place dès l'an prochain.

La guerre contre les prospectus est relancée. Le gouvernement devrait annoncer d'ici Noël une hausse de 25% de l'éco-taxe sur les catalogues et prospectus, selon la radio RTL. Une mesure qui serait mise en place dès l'an prochain. Toutes les entreprises qui émettent plus de 5 tonnes d'imprimés papiers par an sont redevables de la taxe «Ecofolio», une contribution sur le tonnage de papier produit et distribué au cours de l'année précédente. La contribution collectée est reversée aux collectivités locales pour financer le ramassage, l'élimination et le recyclage des déchets. Aujourd'hui, le taux de la contribution est de 39 euros par tonne émise. Il atteindrait donc près de 49 euros si le gouvernement appliquait cette hausse. Contactés par lefigaro.fr, le ministère de l'Économie et celui du Développement durable n'étaient pas immédiatement disponibles pour préciser ces informations.

L'enjeu est de taille pour les finances publiques. Chaque année, 850.000 tonnes de courriers non adressés atterrissent dans les boîtes aux lettres des Français, dont 80% sont des imprimés publicitaires, peut-on lire sur le site du ministère du Développement durable. Ce qui représente, selon les calculs du site spécialisé monprospectus.com, près de 40 kilos de «flyers» par foyer. Et une facture de traitement d'environ 110 millions d'euros pour les collectivités. Ces chiffres montrent surtout que, malgré l'essor des nouveaux médias, les enseignes de distribution sont loin d'avoir renoncé à cette pratique ancestrale de la publicité. D'après RTL, en effet, Leroy-Merlin en distribue 400.000 exemplaires par an, tandis qu'Ikea est le champion du monde, avec un tirage global de 198 millions d'imprimés par an.

Les Français attachés aux prospectus

Les adeptes du tract publicitaire pourraient donc voir leurs coûts flamber. Aujourd'hui, les prospectus représentent en moyenne 54% des investissements marketing de la distribution, notait récemment Matthias Berahya-Lazarus, président de Bonial, société de dématérialisation de prospectus, dans une tribune publiée par LSA. Or,selon lui, «dans les deux à trois prochaines années, le papier ne peut ni disparaître ni même diminuer sensiblement». Internet et l'iPad ne pourront pas «effacer d'un glissement de doigt un siècle de tradition marketing».

De fait, les Français sont très attachés à leurs catalogues. Selon une étude publiée le mois dernier par le Credoc, 54% des consommateurs apprécient de disposer chez eux des catalogues de vente à distance et 21% des acheteurs diminueraient sûrement leurs commandes s'ils ne les recevaient. Des résultats qui corroborent ceux d'une enquête publiée cet été par TNS Sofres. «Lors du parcours d'achat, la population dite 'digitale' trouve son équilibre en combinant support papier et électronique: il existe une réelle complémentarité des canaux», conclut l'étude. Toujours est-il que depuis la campagne choc «Stop Pub» lancée par le gouvernement en 2004, certaines enseignes prennent le pari de séduire les consommateurs sans passer par leur boîte aux lettres. Leclerc, par exemple, promet de supprimer l'ensemble de ses prospectus envoyés aux Francais à l'horizon 2020, dans le cadre de son projet «Objectif Zero Prospectus».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.