Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les propositions de la CFDT pour sauver les retraites complémentaires

Le Figaro23/09/2015 à 15:03

La CFDT rend public ses propositions pour améliorer les comptes des caisses de retraite complémentaire, dans l'optique des négociations du 16 octobre prochain.

Dans une interview accordée au quotidien Les Echos ,le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger lève le voile sur les propositions du syndicat sur la question du financement des retraites complémentaires. Le 16 octobre prochain s'ouvre en effet une période de négociation des partenaires sociaux sur ces caisses pour redresser la barre avant 2019.

«Nous voulons un accord» assure Laurent Berger, assumant clairement sa position d'ouverture et de dialogue. Une position que n'a pas toujours, selon lui, la principale organisation patronale dans la négociation: «Le Medef joue manifestement la montre (…) J'espère que le patronat ne va pas opter pour la politique de la terre brûlée en attendant une éventuelle alternance en 2017».

Côté contenu des propositions, la CFDT espère une réduction notable du déficit dès 2019 avant d'atteindre un retour à l'équilibre en 2024. Plusieurs pistes pour cela. Tout d'abord, côté pension, le syndicat n'hésite pas à proposer des compromis: «Nous sommes prêts à décaler la revalorisation des pensions complémentaires d'avril à octobre (…) On peut jouer aussi sur le taux de rendement du point de retraite, en restant au-dessus de 6%. Nous sommes prêts également à discuter de la poursuite, pendant trois ans, de la sous-indexation en les revalorisant de 1 point de moins que l'inflation (…)».

«Nous prenons nos responsabilités»

Envisageant, mais sans en faire un cheval de bataille, la fusion à terme de l'Agirc et de l'Arrco, Laurent Berger considère que le patronat doit faire un effort: «une hausse des cotisations de 0,1% par an de 2019 à 2021, ainsi qu'une contribution patronale en cas de séparation d'un salarié au-delà de 50 ans». Le dirigeant syndical accepte cependant l'idée que les salariés portent aussi une partie de la charge financière du redressement des caisses: «Nous prenons nos responsabilités en proposant une contribution de solidarité intergénérationnelle assumée par les salariés partant à la retraite. Cette contribution serait limitée en montant et serait versée pendant deux ans». Un effort du salarié mais qui n'a rien à voir, selon lui, avec ce qu'exige le patronat: «A l'inverse du Medef, notre but n'est pas de pousser les salariés à prolonger leur carrière (…) mais à leur demander un effort de solidarité pour sauvegarder leur régime de retraite». Autre concession que la CFDT est prête à faire, «la mise sous condition de ressources des pensions de réversion».

Autant de mesures qui permettront, selon la CFDT, de ramener les caisses complémentaires à une situation de déficit modéré dès 2020 (- 1 milliard) et même d'être en excédent en 2030 (+700 millions). Et la situation est urgente: les caisses n'ont en réserve que dix mois de cotisations.

La CFDT abordera donc la journée du 16 octobre avec des propositions définies et une certaine ouverture face aux exigences patronales… tout en voulant mettre le Medef face à ses responsabilités pour sauver dans la durée les retraites complémentaires: «Nous sommes conscients de la nécessité de ne pas alourdir le coût du travail, voilà pourquoi nous ne touchons pas aux cotisations avant 2019, et de façon modérée. Après, il y a visiblement des débats au sein du patronat, c'est à lui de les régler».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.